Des barrières et des rubans de signalisation en plastique de la police entourent un tronçon de l'avenue du Diamant, à côté de l'intersection avec l'avenue de la topaze et la chaussée de Louvain à Schaerbeek. Elisa De Sa Rebelo, pensionnée, arrive avec ses courses. Elle se baisse pour passer sous les rubans et rentrer chez elle au numéro 25, au dessus du salon de coiffure "Chez Gino". "J'étais encore dans mon lit quand ça s'est passé, raconte-t-elle. C'est mon fils qui en prenant de mes nouvelles m'a raconté l'effrondement juste à côté de chez moi. Je n'ai rien vu, rien entendu".

Vendredi matin vers 6 h 20 suite à une importante fuite d'eau, le sol au niveau du trottoir de l'avenue du diamant s'est affaissé menaçant la stabilité de trois maisons. La stabilité de trois bâtiments est menacée et les habitants ont été évacués. "En revanche, poursuit Elisa. De mon balcon je vois le gros trou. On a l'impression qu'il va sous la maison. C'est effrayant". Giovanni Rigatuso, le coiffeur à la retraite et compagnon de Elisa descend de leur appartement. "Il y a deux, trois ans il y a eu un autre trou, grand comme une maison, un peu plus loin sur l'avenue. On ne sait pas ce qu'il se passe sous terre".

Un jeune homme, sur le trottoir d'en face passe également sous les rubans pour sonner à une porte. "Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Mon oncle habite là. je viens prendre de ses nouvelles". Son oncle c'est Orhan. Il habite au 1er étage du numéro 8 de l'avenue. "On est venu sonner chez moi et on m'a demandé d'enlever ma voiture garée devant". Ely, son voisin du numéro 4 s'arrête à son niveau, demande une cigarette et discute. "Ils sont venus faire des travaux et le lendemain un tuyau a pété. J'ai entendu le bruit de la pression de l'eau. C'est la cave de la maison blanche qui est tombée.

Et de poursuivre sur les gens qui on été évacués. "Je connais une famille de la maison rouge. Ils viennent de Guinée et habitent au rez-de-chaussée. C'est un couple avec deux enfants. Les policiers ont pris leur identité et ils été évacués. Je leur ai proposé de l'aide, demandé s'ils avaient besoin de quelque chose pour les enfants. Je n'ai pa eu de nouvelles". Joëlle la voisine du rez-de-chaussée du numéro 8 ouvre sa fenêtre et allume une cigarette. "Ils ont sonné chez moi. Ils m'ont réveillée. je n'habite pas ici depuis longtemps mais là où j'habitais avant c'était pareil. Scaerbeek c'est connu pour ça. Il y a beaucoup d'effondrements, d'affaisements de chaussée".

L'arrêt Radium du bus 29 juste devant chez Joëlle n'est plus desservi. "C'est vrai qu'on doit faire le tour. Je prends le 56 et je descends place Dailly. ce n'est pas loin"

"Dès que quelqu'un essaie de traverser, le policier (NDLR: une voiture de police est stationnée à quelques mètres) crie dans son mégaphone :"C'est dangereux, il est interdit de passer par là". 

Aucun de ces habitants ne savent quand la circulation sur leur tronçon sera rétablie. Ni quand et comment le trou sera rebouché.