Alors que les clubs de sports ont repris leurs activités cet été, à Molenbeek, les jeunes footballeurs inscrits à l'Athletic Club Jeunesse n'ont pas encore retrouvé le chemin des terrains. En cause : un litige qui oppose deux associations se disputant depuis plusieurs mois la direction du club. D'un côté, le FC Jeunesse Molenbeek Académie, lancé en 2014 pour créer le club. De l'autre, l'Académie Jeunesse Molenbeek, constituée en 2016 suite à des problèmes administratifs.

"En 2014, le club était mal géré et évoluait au niveau le plus bas du football amateur. L'année suivante, le président du FC Jeunesse a fait savoir qu’il arrêtait ses activités et qu’il ne pouvait plus remplir sa fonction. Une nouvelle ASBL a donc été créée, avec une équipe motivée qui a fait évoluer le club vers le plus haut niveau, explique Karim Tabakkalt, de l'Académie Jeunesse Molenbeek. Le club a par exemple obtenu le label Excellence ACFF trois étoiles pour la qualité de sa formation et est partenaire de la fondation Real Madrid qui organise un stage d’une semaine dans nos installations."

Oui, mais voilà : le changement d'équipe n'a pas été acté administrativement, ce qui permet aujourd'hui à l'ancienne équipe de revendiquer la gestion du club auprès de la Fédération de football amateur (ACFF). Face à ce litige, l'ASBL Molenbeek Sport, qui gère les terrains situés sur les sites du Siepelberg et de Verbist où s'entraînent les jeunes du club, a d'abord promis des conventions d'occupation des terrains à l'Académie Jeunesse Molenbeek. Elle a cependant fait marche arrière en juillet dernier suite à une décision de la commission arbitrale de révoquer Mohammed Tabakkalt en tant que correspondant qualifié à la fédération belge.

Karim Tabbakalt, lui, y voit une ingérence de la commune : "Pour des raisons obscures, les autorités mettent en difficulté un club qui a des résultats sportifs et sociaux auprès des jeunes. On devait reprendre les entraînements début août mais on a été obligé de tout arrêter, ça bouleverse toute notre organisation." Après avoir mis Molenbeek Sport en demeure, l'Académie Jeunesse a poursuivi l'ASBL en justice, pour lui enjoindre de lui mettre à disposition les terrains promis en juin dernier.

De son côté, Nour Eddine Imnadine créateur du club Académie Jeunesse Molenbeek en 2014 explique que le second club, Athlétic Club Jeunesse Molenbeek a été créé en 2020 par des dirigeants limogés par le premier club. "Aujourd'hui, ils revendiquent nos adhérents et terrains. Ils ont repris notre logo créé en 2014 alors que le club n'existe que depuis le mois de juillet. Cela crée la confusion au sein de nos adhérents."

Mercredi 9 septembre, le tribunal de première instance de Bruxelles a donné raison au deuxième club, enjoignant Molenbeek Sport à signer les conventions d'occupation des terrains endéans les deux jours, sous peine d'une astreinte de 2 000 euros par semaine. "On a souffert, on nous a traités comme des parias alors qu'on a connu quatre échevins et qu'on n'a jamais eu de problème. Ça a créé un désordre monstre et c'est dommage parce que ce sont les enfants qui ont payé. Aujourd'hui, on attend de pouvoir récupérer les terrains pour reprendre nos activités", se réjouit Karim Tabakkalt.

Nour Eddine Imnadine estime, lui, que l'avis du tribunal a été rendu sur base de fausses informations : "L'avis a été rendu sur base d'un mail envoyé en juin dans lequel Molenbeek Sport promet les terrains au second club alors que celui-ci n'existe pas encore."

De son côté, Jamel Azaoum (PS), président de Molenbeek Sport et échevin des Sports de la commune indique prendre acte de la décision du tribunal. "Je vais réunir en urgence les instances de direction. Nous analyserons la situation et on verra si on introduit ou non un recours."