Bruxelles Le gouvernement veut atteindre 15 % de logements sociaux à Bruxelles. Le ministre-Président Rudi Vervoort (PS) a admis qu’il ne croyait pas à cet objectif.

Ce samedi, le parlement bruxellois a donné son feu vert à l’accord présenté par le nouveau gouvernement. Un dossier de près de 130 pages avec un important chapitre - le premier, d’ailleurs - dédié à la politique du logement. Parmi les quatre sous-sections qui y sont dédiées, la nouvelle majorité bruxelloise promet notamment de mener un plan d’urgence pour la politique sociale du logement. Dans cette section, les politiques promettent de nombreuses mesures concrètes et avancent de nombreux chiffres, dont certains sont déjà mis en doute.

Alors que 43 000 ménages bruxellois sont encore sur liste d’attente pour un logement social, le gouvernement veut apporter une solution concrète pour 15 000 d’entre eux. "En priorité, la Région mettra en œuvre un plan ambitieux de création de logements sociaux et de ‘socialisation’ du parc locatif. À terme, il conviendra de disposer de 15% de logements à finalité sociale sur l’ensemble du territoire régional répartis de manière équilibrée par commune et par quartier", peut-on lire dans le document. Pourtant, lors d’une interview sur RTL, le ministre-Président de la Région bruxelloise Rudi Vervoort (PS) a admis qu’il ne croyait pas en cet objectif.

Pourquoi ? "Cela voudrait dire qu’on devrait construire plus de 40 000 logements sociaux en 5 ans, c’est infaisable. On a gardé cet objectif dans notre accord, non pas parce qu’on compte l’atteindre, mais parce qu’il sert d’instrument de mesure pour chaque commune. Ça nous permet de vérifier dans quelles communes il y a déjà 15 % de logements sociaux et dans quelles communes ça n’est pas encore le cas. Ainsi, on peut cibler les endroits où il faut augmenter cette offre", nous répond Rudi Vervoort.

En effet, construire et réhabiliter des logements publics à Bruxelles semble plus compliqué que ce qui est couché sur ce document. En témoigne le 3e monitoring des projets de logements publics de la capitale. D’après ce dernier - un document qui présente les chiffres les plus récents sur les projets -, le plan régional du logement (PRL) a atteint, en 15 ans, 56,6 % de son objectif. Lancé en 2004, le PRL prévoit la construction de 5 000 nouveaux logements publics à Bruxelles. Et si le monitoring enregistre une réelle avancée au cours des six mois analysés (de septembre 2018 à mars 2019), il n’a cependant comptabilisé que 2 827 logements livrés ou en construction depuis le début du projet.

Le programme alliance habitat (AH), initié fin 2013, a lui aussi fait l’objet d’une analyse par le référent bruxellois du logement. Ce projet a pour ambition de réaliser 6 720 nouveaux logements publics. Le programme AH vise à produire à la fois des logements locatifs sociaux et moyens, comme le PRL, mais également des logements acquisitifs sociaux, modérés et moyens. En un peu plus de cinq ans, les différents opérateurs ont atteint 24% de leur objectif, soit 1 621 logements livrés ou en construction.