Apparu en 2001, le groupe des gens d’arme se charge de protéger le Meyboom

BRUXELLES Les Gardevils, çe sont une quarantaine de kastaars, et même des kastardes – “mais, hormis une exception qui peut faire la tournée du matin, les autres, c’est uniquement l’après-midi, sinon elles passent leur temps à nous demander à combien de bières on en est” , nous dira l’un sous couvert d’anonymat.

Apparus au Meyboom en 2001, les bleus ont obtenu une place de choix, comme protecteurs de l’arbre. Nous les avons suivis dans leur lourde tâche.

Le saint d’hic

Dès 7 h du matin, Marianne, marraine des Gardevils, accueille les joyeux drilles avec une omelette au lard et un café. Le car part à 8 h 30; exceptionnellement, pour le patron du groupe, Jean-Pierre Vandenbroeck, la fête s’arrête déjà là. Mais un autre plaisir, encore plus grandiose, lui sera offert, ainsi qu’à son épouse, incessamment !

place colignon

Un dixie band accueille le groupe à sa descente de bus. À 8 h 55, le camion transportant l’arbre et le car, ses Bûûmdroegers, font leur apparition. Au 1er étage, 1er drink de l’amitié offert par le burgemeester local, devant un tableau représentant une plantation du Meyboom au milieu du 19e siècle.

Escales schaerbeekoises

Après un petit détour par l’avenue Latinis pour saluer une groupie, le camion et les deux bus sillonnent les rues de la cité des Ânes sous escorte policière avec arrêts fréquents : Central Park , Sainte-Alice , Le Chaplin reçoivent ainsi concomitamment la visite des deux chochetés , un diplôme spécial 704e plantation du Meyboom et des branches de l’arbre, en échange de quelques bières, voire de jus ou d’eau. Entre-temps, on aura découvert que les Gardevils n’ont pas fait de nouveaux membres en 2012, que le pin’s 2012 est volumineux et qu’un des personnages les plus truculents du folklore actuel est Tarzan, le Champêtre .

Ravitaillement

Effectué au stamcafé des Bûûmdroegers , Le Valency , avenue Rogier. Plutôt que ravito , qui fait un peu trop son cycliste, dites “file pistolets” , pour un à l’américain et un au fromage.

Arrêt bucolique

Il est temps de revenir vers le centre. Mais avant, encore un arrêt à l’Hôtel communal de Saint-Josse. Là, son premier citoyen, accompagné d’élégantes Ten-noodoises, propose une mini-garden party. Certains Gardevils, ayant déjà beaucoup travaillé, en profitent pour piquer un petit somme dans le jardin.

Retour au saint d’hic

C’est la dernière occasion de se désaltérer – enfin, presque – avant le grand cortège de la Grand-Place où on retrouvera les Poepedroegers, qui ont fait un autre tour durant la matinée, et d’autres groupes.



© La Dernière Heure 2012