Bruxelles La dame, âgée de 52 ans, a porté plainte pour coups et blessures.

Maïré Kabué, de Woluwe-Saint-Lambert, ne pensait pas finir sa soirée, jeudi 9 mai dernier, au commissariat lorsqu’elle attendait son métro gare de l’Ouest à Molenbeek vers 21 h 30. L’enseignante, en arrêt-maladie actuellement, a été victime d’un incident dans une rame de métro en direction de Stockel. "Je suis montée dans le dernier wagon et je marchais pour aller m’asseoir dans le fond. C’est une habitude car j’ai un problème physique et ça me permet donc de prendre directement l’ascenseur après. Là, un steward de la Stib m’a signalé qu’un tournage allait démarrer dans le wagon et m’a demandé de me mettre un peu plus loin pour ne pas déranger" , raconte la victime.

Elle dit avoir suivi la consigne et s’attendait à parcourir un trajet presque comme d’habitude. Curieuse, la dame de 52 ans s’est alors levée pour demander à l’agent de la Stib en quoi consistait le tournage. Alors que le Stibien discutait avec elle, les ennuis ont commencé. "Une personne est entrée dans le wagon qui n’avait pas encore démarré. Il nous a interrompus et m’a parlé de façon totalement humiliante en me parlant comme à une enfant de 10 ans. Il m’a dit d’être gentille et d’aller plus loin, alors que nous n’étions pas dans le champ d’action avec l’employé de la Stib", détaille la victime qui précise avoir répondu sur le ton de l’humour : "Oui. O.K., mais je ne suis pas très gentille."

L’incident verbal s’est transformé en agression physique selon Maïré Kabué. L’homme, travaillant sur le tournage, s’est approché d’elle et l’a poussée vers l’arrière. "Je lui ai dit qu’il n’avait pas le droit de me toucher. Il a continué à dire que j’allais faire ce qu’il disait. Il a appelé deux gardes de sécurité et leur a demandé de me virer de là", poursuit l’enseignante, encore émue par l’incident. Les deux individus l’ont alors emportée à plusieurs mètres en l’attrapant, notamment par les bras, selon la victime. "Je leur ai dit que ce n’était pas normal et je me suis reculée. J’ai appelé le 101."

La victime a ensuite porté plainte au commissariat d’Etterbeek mais aussi sur le site internet de la Stib. La zone de police Montgomery confirme en indiquant qu’il s’agit d’une plainte pour coups et blessures. Maïré Kabué souffre de douleurs aux bras et est très choquée comme elle nous l’a expliqué : "Je trouve très grave ce qu’il s’est passé. Il n’y avait aucun danger et on avait accès au lieu. C’est inadmissible de la part de l’équipe de tournage, des agents de sécurité qui ont appliqué bêtement les ordres. La Stib aussi est concernée."

L’affaire a été transmise au parquet de Bruxelles tandis que la société de transports en commun explique qu’un incident a bien été signalé. "Une des voitures était privatisée et la dame a voulu y monter. Les agents ont demandé de monter dans une autre. Il semblerait qu’elle a été choquée par le fait que les agents l’ont bloquée. Une enquête devra sans doute déterminer les faits exacts", indique Françoise Ledune, porte-parole à la Stib.