Bruxelles La totalité des manifestants a été arrêtée administrativement. Certains ont été maltraités par la police.

92. C'est le nombre de personnes qui ont été arrêtées ce matin, lors de la manifestation contre le chantier de la prison de Haren. "Tous ceux qui ont participé à l'action ont été arrêtés administrativement", explique Jean-Baptiste Godinot, un manifestant tout juste libéré. Si certains affirment avoir été très bien traités par les forces de l'ordre, d'autres auraient subi des violences policières : "Certains ont été frappés, voire se sont fait marcher dessus. Des caméras ont été jetées au sol, alors que c'est illégal", raconte-t-il.

Relâchés au compte-goutte, plusieurs manifestants ressortent ainsi du commissariat avec des ecchymoses. "On doit pouvoir manifester sans être brutalisé. Notre action était pacifique."  

Une fois que tous les manifestants auront été libérés, ils se rassembleront pour un débrief de l'action. "Nous referons des actions dans les prochaines semaines", assurent-ils déjà.