Le chef de groupe David Weytsman "dénonce le laxisme de Philippe Close dans la gestion de la manifestation et ses nombreuses erreurs".

Le MR de la Ville de Bruxelles demande la tenue d'un conseil communal extraordinaire destiné à faire la clarté totale sur les événements de ce dimanche.

"Aujourd’hui, après une rencontre avec la Première ministre, Philippe Close et Sophie Wilmès ont communiqué que "la tenue de l’événement - dans sa forme et dans son déroulé - contrevient aux directives déterminées par le Conseil national de sécurité", relate le conseiller communal libéral et chef de groupe MR à la Ville David Weytsman. "Le bourgmestre reconnaît donc bien les erreurs reprochées hier, lors du conseil communale, par le MR de la Ville de Bruxelles."

Sur base de cet aveu, le MR demande la tenue d’un conseil communal extraordinaire pour faire toute la transparence sur la gestion de cette manifestation. "Combien de policiers étaient sur le terrain ? Pour le MR, trop peu ! A quelle heure le bourgmestre a-t-il donné l’autorisation aux agents d’intervenir contre ces voyous ? Pour le MR, trop tard ! Pourquoi ne pas avoir réagi à l’appel à l’aide de policiers sur le terrain ? Quelle était la stratégie qui consistait à ne pas intervenir directement contre les casseurs ?"

"Nous rappelons que, malgré les promesses qu’avaient formulées le bourgmestre, il n’y a eu aucun respect des règles du CNS", embraye David Weytsman. "Nous dénonçons le laxisme de Philippe Close dans la gestion de la manifestation et ses nombreuses erreurs. (...) Force est de constater qu’au lendemain de la manifestation, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles a préféré soulever le fait que ce serait le thème de la manifestation qui pose problème au MR."

Contacté, le cabinet du bourgmestre Philippe Close assure qu'il n'accèdera pas à la demande du MR. "La rencontre avec Sophie Wilmès a permis de faire le point sur la situation. Si le MR veut plus d'informations, il peut demander à la Première ministre. Bien évidemment, M. Weytsman pourra poser toutes les questions qu'il souhaite au prochain conseil communal et aussi longtemps qu'il le souhaitera."