Des drapeaux de Taïwan, Turquie, Iran, Venezuela et de Cuba flottaient de part et d'autre d'un grand drapeau ukrainien. Des manifestants issus des différentes communautés représentées à travers le mouvement "Together 4 Freedom" portaient des pancartes indiquant que leurs peuples étaient solidaires des Ukrainiens. La chanson caritative "We are the world" a été diffusée tandis que le slogan phare "Putin to Hague" (Poutine à La Haye) appelait à traduire le président russe Vladimir Poutine devant la cour pénale internationale pour crime de guerre.

Des discours ont été prononcés par des ressortissants des différentes communautés représentées. "On veut exprimer notre solidarité avec le peuple ukrainien et condamner fermement l'invasion russe", a expliqué Mehdi Nobari, ressortissant iranien qui a pris la parole. "Pour nous, les actions de Poutine ne représentent pas la volonté du peuple russe, tout comme l'ayatollah Ali Khamenei ne représente les Iraniens. Leurs stratégies d'expansion ne sont celles des peuples. À l'approche du 8 mars (Journée internationale de lutte pour les droits des femmes, NDLR), on veut aussi saluer le courage des femmes héroïques en Ukraine", a-t-il poursuivi.

Le slogan "Act now, Protect our sky" (Agissez maintenant, protégez notre ciel) était aussi repris sur des pancartes, alors que l'Otan a décidé vendredi de ne pas instaurer de zone d'exclusion aérienne en Ukraine. "On comprend que l'Otan ne peut pas agir directement, mais on voudrait que des pays comme la France ou la Turquie agissent à leur hauteur et ferment le ciel ukrainien, au moins au-dessus des centrales nucléaires", plaide Marta Barandiy, une des fondatrices de Promote Ukraine.

Cet organisme espère rassembler dimanche 20.000 personnes à la marche "Stand with Ukraine", qui commencera à 13h00 sur le boulevard roi Albert II. Un appel aux dons a été lancé via le site internet et le compte Facebook de Promote Ukraine.