Un dessin d'une grande oreille était mis en évidence parmi les banderoles arborées par les syndicalistes sur la place Saint-Jean. Des militants ont distribué des tracts reprenant leurs revendications à l'entrée du parlement bruxellois. Une délégation a été reçue par le député bruxellois Ibrahim Dönmez (PS), président de la commission Santé et Affaires sociales au parlement bruxellois.

"Nous demandons 100 millions dans le budget bruxellois qui va être bouclé le 15 octobre", indique Yves Dupuis, secrétaire permanent au SETCA. "Il ne manque que la Région bruxelloise. Le fédéral donne un milliard, la Région Wallonne 260 millions, des priorités en Fédération Wallonie-Bruxellois, un accord en Flandre... Faute de réponse d'ici le 15 octobre, nous entamerons des actions couvertes par un préavis de grève".

Il rappelle que "80% des maisons de repos sont dans le non marchand. Depuis la 6e réforme de l'Etat, les maisons de repos ont été transférées entièrement au niveau des Régions".

Le SETCA, syndicat qui organisait le rassemblement, relève que la crise a démontré la nécessité de refinancer des fonctions collectives liées à la santé et à l'aide aux personnes. Il plaide pour ces 100 millions soient entre autres dirigés vers la revalorisation barémique, une réduction du temps de travail avec embauche compensatoire, une amélioration de la conciliation vie familiale et vie professionnelle ou encore une transformation des contrats à durée déterminée en indéterminée et la mise en oeuvre d'un cadre pour le télétravail.