Bruxelles

11 000 personnes ont manifesté dans les rues de la capitale ce jeudi.

Ce jeudi 14 février, 11 000 personnes ont marché pour le climat dans les rues de la capitale. Des étudiants du supérieur sont venus gonfler les rangs des manifestants, principalement composés d'élèves du secondaire. Mais ce n'était pas les seuls à avoir fait le déplacement : des classes de primaires ont également défilé, accompagnées de leurs professeurs. Pas mal d'adultes, professeurs ou grands-parents notamment, ont soutenu les jeunes, en marchant à leurs côtés.

Tout ce monde a fait du bruit dans le centre de Bruxelles ce midi. Si le désormais célèbre "On est plus chaud que le climat" a encore beaucoup résonné, ce sont surtout les tambours qui se faisaient entendre et donnaient le tempo. Profitant d'un grand soleil, l'ambiance était en effet décontractée : plus de discussions en petits groupes que de slogans criés en cœur.


Pour autant, les jeunes ne perdent pas leur objectif de vue : ce qu'ils veulent, c'est que la société réfléchisse à sa manière de consommer. "Un billet de train est plus cher qu'un billet d'avion alors que le train est beaucoup plus écologique. Ce n'est pas normal." Valoriser les transports en commun fait aussi partie de leurs revendications, comme en témoigne la pétition qui attendait les manifestants à la fin du parcours. Sur le boulevard Lemmonier, près de la gare du Midi, les jeunes étaient en effet invités à signer en faveur de transports en commun gratuits. La météo du jour les a également interpellés : "Des températures aussi hautes en février, on en profite aujourd'hui mais on en payera les conséquences demain !"

Et à ceux qui leur reprochent de n'être motivés que par la possibilité de sécher les cours, leur réponse est claire : « Pas du tout ! On fait ça pour que les choses bougent, pour que les gens se rendent compte de l'importance d'un mode de vie plus écologique. » Les plus pragmatiques ne sont toutefois pas contre la présence d'éventuels "sécheurs" : "Ceux qui sont là juste pour sécher sont utiles aussi parce qu'ils grossissent nos rangs et amplifient donc l'impact de notre mouvement."

Le mouvement en est déjà à sa sixième semaine. En ce jour de Saint-Valentin, le slogan "Célibataire cherche climat stable pour relation durable" a eu son petit succès. Certains manifestants ont poussé le bouchon un cran plus loin. Plusieurs pancartes affichaient un numéro de téléphone, accompagné d'un message sans équivoque : "Appelle-moi." "C'est la Saint-Valentin alors on en profite, peut-être qu'on rencontrera quelqu'un ! " L'art de mêler l'utile à l'agréable. Si ça marche, pourquoi pas ?