Bruxelles Depuis hier et jusqu’au 4 novembre, l’Elephant Parade s’expose au Docks.

Si vous êtes passé par Docks Bruxsel hier, vous avez sûrement croisé leur route. Depuis ce vendredi, près de 30 éléphants décorés sont exposés dans les allées du centre commercial, à l’occasion de l’événement Elephant Parade. De la taille réelle d’un éléphanteau, chaque statue, créée par un artiste ou une célébrité, constitue une œuvre d’art. "C’est l’occasion d’amener l’art au sein du centre commercial. Avec la lumière et les larges allées dont on dispose, c’est quelque chose qu’on peut facilement faire. Et ça nous permet de nous engager", explique Mathias Blot, directeur du Docks.

Vingt pour cent des revenus nets d’Elephant Parade sont offerts à des projets pour la protection et le bien-être des éléphants. Ils sont 28 au total à être exposés jusqu’au 24 novembre. Deux d’entre eux, créés spécialement pour Docks, resteront dans le centre commercial. "Le premier est à l’effigie de Docks. L’autre sera peint aujourd’hui, de 12 h à 15 h, à l’effigie de la Belgique."

Un projet pour le moins insolite avec lequel Mathias Blot entend relancer Docks en cette période de rentrée. En juin dernier, une vingtaine d’enseignes ont quitté les lieux, en raison notamment de loyers trop élevés et d’une fréquentation trop faible. Le directeur du centre commercial relativise cette vague de départs : "Il faut en moyenne cinq ans à un centre commercial pour se stabiliser. Il était normal, après trois ans, de faire quelques changements. Et puis 80 % des marques sont restées donc ça reste très positif."

Positif, comme le taux de fréquentation (+ 9 %) et le chiffre d’affaires (+ 8 %) depuis janvier. "On est en croissance continue depuis 3 ans et les marques qui arrivent sont très fortes donc ça va encore augmenter." Insistant sur l’attrait des nouvelles enseignes, Mathias Blot mise notamment sur Hema dont la valeur familiale était n° 1 dans les demandes des consommateurs et sur la marque de sneakers Snipes, dont l’ouverture est imminente. L’enseigne Media Markt a quant à elle demandé à déménager au sein du centre commercial, dans un espace plus petit. "Avec le développement du commerce en ligne, les marques se rendent compte qu’il n’est plus nécessaire d’exposer autant."

L’année dernière, 4,8 millions de personnes se sont rendues à Docks Bruxsel. Cette année, Mathias Blot espère en attirer 5,5 millions. "Notre assortiment fait qu’on plaît beaucoup aux jeunes et aux familles." Alors que le week-end, le nombre de francophones et de néerlandophones est équilibré, la semaine reste encore très francophone. "Notre public vient principalement du centre-ville et des communes flamandes voisines. Les riverains de Laeken et de Schaerbeek sont aussi très présents."

Quant au projet Neo , sur le plateau du Heysel, il affirme ne pas en avoir peur. "Docks aura au moins neuf ou dix ans quand Neo va se développer, on aura eu le temps de se stabiliser et de renforcer notre clientèle. Avec le Plan Canal et les nouveaux logements qui seront construits juste à côté, je pense qu’on n’a vraiment rien à craindre."