Bruxelles

La Région ne veut pas se mêler du périmètre du piétonnier mais promet un soutien aux commerces, notamment.

Réunion au sommet mardi en fin d'après-midi. Comme le relaient nos confrères de La Libre Belgique, à la demande de la Ville de Bruxelles, le bourgmestre Yvan Mayeur (PS), l'échevine de la Mobilité Els Ampe (Open VLD), le premier échevin MR Alain Courtois étaient reçus par le gouvernement bruxellois, représenté par le ministre-président Rudi Vervoort (PS), le ministre de l'Economie Didier Gosuin (DéFI) et le ministre de la Mobilité Pascal Smet (SPA). A l'ordre du jour ? Le piétonnier pardi !

En coulisse, il se glissait qu'Yvan Mayeur, en difficulté et avec son partenaire MR et avec la contestation commerçante quant à la gestion par la Ville du piétonnier du centre, souhaitait que la Région bruxelloise se mouille en assumant une éventuelle diminution du périmètre du piétonnier.

Ce n'est pas ce qui est finalement sorti de la réunion. La Région a fait savoir qu'elle n'interviendrait pas sur le périmètre du piétonnier. "Que la Ville se débrouille", entendait-on dans l'entourage de la réunion. Il faut rappeler que depuis le départ, on reproche à la Ville de Bruxelles d'avoir avancé seule dans son projet de piétonnier.

Par contre, l'agence régionale du commerce, Atrium, va être mise à contribution pour relancer la machine commerciale dans le centre, apprenait-on mardi. Par ailleurs, les travaux de téléjalonnement, permettant une indication claire et précise sur la disponibilité des parkings du centre va être accélérée par la Région. Tout comme d'autres travaux relevant de l'exécutif régional. Un marquage spécifique depuis la petite ceinture sur les voiries régionales est également en projet en vue de guider correctement le chaland vers le centre-ville. "Une fois que la Ville aura stabilisé la zone, une vaste de communication autour du centre-ville sera mise en oeuvre, disait-on à la sortie de la réunion. Ce sera une campagne menée de concert par la Ville et la Région". 

Deux entités qui semblent avoir renoué le dialogue dans un dossier qui a donné lieu à quelques crispations.