La direction du parc Mini-Europe annonce, ce jeudi matin, son intention de procéder à la fermeture du site emblématique, le 31 décembre 2020. Cette annonce a été communiquée avant-hier matin au personnel de l’entreprise. La raison est l’absence d’accord sur une quatrième prolongation avec Brussels Expo. Ce contrat était indispensable pour faire la jonction avec le projet Néo1.

Thierry Meeùs, administrateur délégué de Mini-Europe, regrette l’énorme investissement en énergie et en moyens consenti pour atteindre cet objectif. "Mini-Europe avait proposé un plan d’investissement majeur dans le cadre Néo. Les circonstances actuelles et la crise du Covid-19 qui n’a entretemps épargné personne et qui a frappé durement l'entreprise ainsi que tout le secteur du tourisme – ont eu pour conséquence que Mini-Europe n’a d’autre choix que de devoir annoncer son intention de mettre un terme à son exploitation au 31 décembre 2020."

© BAUWERAERTS

A court terme et jusqu’au 31 décembre 2020, le parc restera ouvert, notamment lors de la fête Halloween qui constitue un moment fort de la saison.

"Nous regrettons cette situation pour le personnel qui nous a suivi depuis si longtemps, 31 ans pour quelques-uns, et nous le remercions vivement pour tout le travail accompli durant toutes ces années", précise Thierry Meeùs.

L'Océade, autre attraction touristique historique de Bruparck, avait, de son côté, fermé ses portes définitivement le 31 décembre 2018.

En plus de trois décennies, Mini Europe aura pesé près d’un demi-milliard d’euros de retombées économiques pour la Région de Bruxelles-Capitale, plus de 9 millions d’euros en loyer et taxes auprès de la ville de Bruxelles. L'entreprise a vu se succéder, au fil du temps, 2.300 personnes employées.

Encore 400.000 visiteurs en 2019

Mini-Europe a été inauguré en 1989 par le Prince Philippe, Hervé Brouhon, alors bourgmestre de Bruxelles, Eddy Meeùs, créateur de Walibi, et Thierry Meeùs. “Au départ, tout le monde me déconseillait de développer le thème de l’Union Européenne dans un parc touristique. En discutant avec les visiteurs, j’ai été convaincu de leur intérêt pour la chose européenne, pour peu que le sujet soit présenté de façon simple et amusante”, se rappelle Thierry Meeùs.

Petit à petit, l’Union Européenne est devenue un véritable attrait pour les visiteurs et pour des personnalités de nombreux pays et, pour preuve de l’aura internationale du parc. “Autre défi de taille relevé par Mini-Europe : le tourisme bruxellois quasi inexistant dans la capitale fin des années 80. L’équipe de Mini-Europe a dès lors joué le rôle de catalyseur en rassemblant les principaux acteurs du tourisme bruxellois et a lancé les réflexions stratégiques et promotionnelles sur le sujet.

Avec encore plus de 400.000 visiteurs en 2019, Mini-Europe aurait aimé continuer à se développer sur le site du Heysel dans un environnement stable et favorable. “Mini-Europe, c’est plus en effet qu’une simple attraction touristique, c’est un vrai projet”, conclu Thierry Meeùs.