Les jeux urbains de la jeunesse ont débuté hier matin à Molenbeek. Reportage.

"Waar is de feestje ?" Au stade Machtens ce lundi, la réponse des 1 500 jeunes rassemblés ce lundi matin ne se fait pas attendre : "ÀMolenbeek !" Depuis hier et jusqu’à ce soir, la commune accueille en effet les Brussels Urban Youth Games. Ces jeux urbains de la jeunesse sont l’occasion pour les écoles bruxelloises d’initier leurs élèves à sept sports à caractère olympique. Outre les traditionnels football, natation et athlétisme, les jeunes ont ainsi pu s’essayer au tennis, au judo et au hockey sur gazon.

"Tournez votre stick avec la main gauche, votre épaule ne doit pas bouger !" Sur la pelouse du Dairing Hockey Club de Molenbeek, faire glisser la balle d’un plot à l’autre semble plus facile à dire qu’à faire. Mais les jeunes ne désespèrent pas, malgré la chaleur. Trois groupes s’entraînent côte à côte tandis qu’un quatrième s’est divisé en deux le temps d’un match amical. "Par ici, envoie la balle !" Le jeune garçon lève la tête, ajuste son stick et tire. À côté. Pas grave, les encadrants annoncent cinq minutes de pause.

Sous l’aubette, les enfants courent vers leur gourde. "Les filles, elles sont plus fatiguées que les garçons", lance un jeune en passant à côté du banc sur lequel ses camarades féminines se sont installées. "Ça, c’est parce que les filles, elles ont mieux joué que les garçons", lui répond l’une d’elle du tac au tac. Sur le terrain, c’est en tout cas une entraîneuse de marque qui accompagne les enfants : Émilie Sinia, attaquante des Red Panthers.

Molenbeekoise , la hockeyeuse professionnelle a tout de suite accepté l’invitation. "C’est une belle occasion de valoriser un sport qui n’est pas souvent pratiqué dans les écoles. Et puis, ça permet de parler de Molenbeek en bien, de valoriser les clubs et les infrastructures de la commune." Cette valorisation du sport, de Molenbeek et de l’excellence, c’est ce qui a poussé Jacques Borlée à lancer le concept des jeux urbains, après les attentats de Bruxelles.

"Je suis convaincu que la pratique d’un sport permet de lutter contre les maux de notre société, de la dépression au burn-out. Le but est aussi de parler positivement de Molenbeek et de montrer qu’on n’est pas si différents les uns des autres et que nos différences sont une source de richesse." Cette richesse, il entend d’ailleurs la mettre en valeur sur le plan international, en organisant dès l’année prochaine une nouvelle édition des jeux urbains en collaboration avec d’autres villes européennes.