Depuis quarante ans, la Maison de l’espoir accueille des femmes en manque de confiance en elles.

"Un verre de thé ? Assieds-toi avec nous, on va bientôt commencer.” Une quinzaine de femmes sont réunies autour de la table de la grande salle. Certaines se racontent leur semaine, d’autres sirotent leur breuvage. Une musique d’ambiance apaise l’atmosphère tandis que l’animatrice invite les femmes à se lever. “Mettez-vous en cercle, on va commencer !”

Au programme de l’atelier bien-être aujourd’hui : des exercices de massages et des conseils beauté. “C’est mon atelier préféré, souffle Karima. On ne pense qu’à soi, ça fait du bien.” Et pour cause, les femmes qui fréquentent Dar al Amal, la Maison de l’espoir, ne prestent que très peu de temps pour elles. Bruxelloises ou primo-arrivantes, elles s’occupent principalement des enfants et du foyer.

“Le but est de les accueillir dans un lieu convivial et de les aider à s’émanciper. On essaie de les rendre conscientes de leur talent, de leurs capacités. Certaines nous disent “moi je ne sais rien faire, je ne sais même pas parler” mais ce n’est pas vrai, elles ont toutes des compétences”, explique Loredana Marchi, directrice de la maison des femmes.

Ateliers de sports, cours de langue, sorties culturelles : “On vise le bien-être personnel mais aussi collectif. La rencontre et l’échange avec les autres est une façon de s’émanciper.” Marocaines, Pakistanaises ou d’Europe de l’est, elles sont 200, de 25 à 70 ans, à fréquenter la Maison de l’espoir. Maman de trois enfants, Karima y passe presque toutes ses journées. “Ca m’évite de rester seule à la maison. J’y apprends beaucoup, on va au musée, à Gand, je suis des cours de néerlandais. Ca donne de la force pour affronter le reste.”

"On leur propose une autre façon de voir la vie. Avant, de nombreuses femmes étaient timides, ne savaient pas comment prendre contact avec l'administration ou l'école de leurs enfants. Participer aux ateliers les aide à oser plus et à s'affranchir, en tant que femmes et citoyennes", conclut Loredana Marchi.