L'extrême droite néerlandophone et son acolyte néerlandaise du PVV ont profité de la polémique née des propos tenus par le président de Vooruit Conner Rousseau dans la presse cette semaine puis confirmés en radio ce matin. "Quand je me promène à Molenbeek, je ne me sens pas en Belgique", a déclaré Conner Rousseau dans un entretien pour le magazine Humo. Plus tard dans l'interview, il ajoutait : "à Bruxelles, à cause de la pénurie d'enseignants, il y a des gens qui enseignent en arabe, car ils ne parlent pas français. C'est inacceptable".

Le président du Vlaams Belang Filip Dewinter et le leader du PVV Geert Wilders ont relancé leur idée de réaliser leur "islam safari", le vendredi 13 mai prochain.


"Maintenant que @conner_rousseau lui-même pense que #Molenbeek ne fait plus partie de la #Belgique, @geertwilderspvv et votre serviteur visiteront à nouveau #Molenbeek le 13 mai. Après tout, Molenbeek est à nous et ne devrait jamais devenir un califat islamique. Nous aimerions inviter #Conner à nous rejoindre !", a twitté Filip Dewinter.

Les deux présidents de partis extrémistes avaient déjà voulu organiser une visite de Molenbeek en 2017. La bourgmestre molenbeekoise (François Schepmans, MR), avait interdit l'action. Le Conseil d'Etat avait néanmoins donné raison aux deux extrémistes. "Si même Conner Rousseau commence à arriver aux mêmes conclusions que nous tirons depuis longtemps... Molenbeek est en effet un symbole de toutes les communes complètement aliénées et islamisées et qu'il faut 'reconquérir'."

"En raison de la crise corona, la marche n'a pas encore commencé, mais nous avons maintenant soumis une nouvelle demande pour le 13 mai", déclare Filip Dewinter à nos confrères de Bruzz. "Nous voulons déclarer que nous ne pouvons pas renoncer à des lieux islamisés dans notre pays. Mais ce n'est pas une manifestation, nous n'allons pas faire de bruit et nous n'appelons personne à venir avec nous."