Inter-environnement Bruxelles pointe notamment le manque de logements prévus.

Le quartier de la gare de l'Ouest, à la limite du Vieux et du Nouveau Molenbeek, fait l'objet d'un Plan d'aménagement directeur (PAD). Ce dernier prévoit 90 000 m² de constructions, dont 50% de logements ainsi qu'un parc de trois hectares. Un projet séduisant mais qui ne répond pas aux besoins du quartier estime Inter-environnement Bruxelles (IEB). 

L'IEB pointe notamment le manque de logements prévus. "Le quartier fait face à un problème de sur-occupation des logements : 3 000 logements pour 3 496 ménages recensés. Or la mise en oeuvre du PAD prévoit la construction d'environ 450 logements, même pas de quoi absorber les 496 ménages surnuméraires précités. En outre, 20 % de ces logements seront entièrement sur le marché privé au nom de la mixité sociale alors que nous sommes sur un terrain public."

L'absence de garanties d'équipements comme les crèches et les écoles fait également tiquer l'IEB. "Un PAD est censé fournir les grandes lignes essentielles pour le développement d’un quartier, dont la prévision des équipements publics et des espaces dédiés à la formation et à l’enseignement. Mais force est de constater que le projet de PAD dans ses volets tant stratégiques que réglementaires ne contient pas la moindre ligne sur ce type d’équipements, exception faite de l’Infrabel Academy qui était déjà actée. Une fois de plus la ville marchande prend le dessus sur la ville sociale attentive à la valeur d’usage d’un quartier pour ses habitants." 

L'IEB ainsi que six autres associations (La Rue, l'ARAU, le RDBH, les Equipes populaires, Vie Féminine et le MOC Bruxelles) demandent au gouvernement de revoir le projet afin d'assurer 100% de logements publics, avec au minimum 60% de logements sociaux. Ils exigent aussi la création de crèches et écoles et la suppression des dérogations pour monter en hauteur, afin de laisser respirer le quartier et les espaces verts prévus.