Bruxelles Une visite est prévue en Italie pour l’adaptation du modèle molenbeekois.

L’ASBL Molengeek a toujours de nombreux projets en vue. L’écosystème de start-up molenbeekois a notamment décidé d’exporter son modèle à l’étranger.

Le premier pays devrait être l’Italie. Une visite est prévue prochainement dans les contrées transalpines afin d’analyser la meilleure façon d’y adapter le modèle de l’ASBL. "On ne va pas faire du copier-coller. C’est important d’avoir une identité propre à tous les projets", explique Ibrahim Ouassari, responsable de Molengeek.

Le but n’est donc pas d’imposer exactement la façon de faire de l’ASBL, ni le nom. La méthode est déjà d’application en Belgique puisque la future antenne schaerbeekoise aura, par exemple, également sa dénomination propre. "On essaie vraiment de comprendre le terrain. Il faut faire émerger des talents comme à Molenbeek, mais avec les caractéristiques précises des lieux", raconte Ibrahim Ouassari. Et de poursuivre: "On espère, par contre, vraiment créer des partenariats avec l’Italie. Cette opportunité pourrait permettre d’envoyer des Belges en Italie et inversement. C’est quelque chose de très enrichissant".

L’ASBL molenbeekoise est présente, pour le moment, à Séoul où elle a reçu le prix du meilleur partenariat de l’année de la part de Samsung pour le travail accompli afin de rendre accessible les nouvelles technologies à tous.

Elle profite d’ailleurs de cet événement pour nouer des contacts avec d’autres pays, même si les responsables n’oublient pas la Belgique. "C’est l’occasion d’enclencher des partenariats ou de les consolider. On espère aussi se développer en Belgique. On a le soutien total de Samsung dans nos démarches. Ils sont très intéressés par notre méthode alternative au système scolaire traditionnel", développe Julie Foulon, responsable de Molengeek.

Les patrons du géant de l’électronique sud-coréen qui soutiennent fortement le projet devraient se rendre très bientôt en Belgique pour visiter l’ASBL Molengeek.