Suite aux incidents survenus en 2019, Molenbeek renforce sa sécurité tous les 31 décembre au soir. Un dispositif qui semblerait efficace, puisque cette année, la commune ne déroge pas à cette (nouvelle) tradition. Catherine Moureaux confie dans les lignes de La Capitale : "Il est différent de l’année passée où il y avait eu un couvre-feu à partir de 22h. Ici, c’est un plan plus normal inspiré de celui mis en place en 2019-2020. Notre plan est maintenant rodé et même copié par d’autres communes. Ce plan est là pour avoir la meilleure synergie possible entre les différents acteurs de la prévention et de la sécurité".

Au total, pas mal de moyens humains sont déployés pour assurer la sécurité sur le territoire. Catherine Moureaux tient à ce que la commune va veiller à ce qu'une bonne coopération s'opère entre la police et les services de la cohésion sociale de Move. "Notre dispositif de cette année va mobiliser 70 membres du personnel communal et des services de prévention. Pour la police, le chiffre sera encore plus important. Je tiens à rappeler qu’il s’agit d’un dispositif complémentaire entre les acteurs de la prévention et de la police. Chacun doit jouer strictement son rôle. La sécurité de citoyen est primordiale mais, celle de nos travailleurs également. Cela veut dire garantir la sécurité mais aussi garantir un nouvel an convivial." Et d'ajouter que la zone de police Ouest installera un centre de gestion local en parallèle du centre de crise régional.

Trois tonnes de pétards

La commune tient aussi à se prémunir des pétards, fusées et autres feux d'artifices avec une grande campagne de sensibilisation et d'information menées dans les écoles, les commerces et l'espace public. Le tout couplé à une amende de 350 euros en cas d'infraction à ce sujet. Si la commune semble si préoccupée par la question des pétards et autres produits détonants, c'est probablement parce qu'elle en avait saisi trois tonnes l'année dernière.

Toujours dans les lignes de la Capitale, on peut lire une certaine forme de gestion prudente dans les propos de la bourgmestre socialiste. "Pour éviter toute mise à feu, dans les jours et les heures qui précèdent le Nouvel An, en plus des retraits de poubelles et de dépôts clandestins par l’Agence Bruxelles-Propreté sur les voiries régionales, le service communal de la Propreté interviendra pour ramasser les poubelles et autres dépôts qui seraient restés sur la voie publique et qui pourraient éventuellement servir de combustible." Il en va de même pour les chantiers, qui seront vidés de leurs objets qui pourraient être utilisés à des fins dangereuses. Les gardiens de la paix, quant à eux, seront mobilisés dès la fin d'après-midi et jusqu'une heure du matin.