La galerie Art Sablon expose jusqu’au 24 juillet une combinaison authentique de cosmonaute russe datant de 1970.

Entre 1967 et 1973, 22 combinaisons ont été produites par l’ex-URSS, destinées à habiller les cosmonautes qui iraient sur la lune. Aujourd’hui, le prototype n°20 de cette série, datant de 1970, est exposé dans la galerie Art Sablon et est vendu à… 150 000 euros.

Cette combinaison de 106 kilos, comme les autres, n’a jamais atteint la lune (les Russes ayant perdu la course contre les Américains en 1969), mais reste l’emblème du rêve soviétique : envoyer le premier homme sur le satellite lunaire.

À défaut d’avoir réussi, les Russes se sont finalement fixé un autre objectif : créer une station spatiale internationale en orbite. Pour l’occasion, les cosmonautes devaient aussi être habillés d’une combinaison spéciale. L’une d’elles qui a voyagé pendant 120 jours dans l’espace est d’ailleurs aussi vendue dans la galerie, un peu moins chère cette fois. À ses côtés, un autre prototype d’équipement spatial, jamais utilisé, qui était destiné à voyager en orbite dans la capsule Soyouz.

Vous l’aurez compris, le thème de l’actuelle exposition de la galerie Art Sablon gravite autour d’un et un seul satellite : la lune. Depuis le 7 juin et jusqu’au 24 juillet, l’événement Moon expose, en plus des impressionnantes tenues de cosmonautes, des objets ayant voyagé dans l’espace, mais aussi un manuel de survie, les premiers négatifs capturés sur la lune par un robot, ou même la nourriture emballée sous-vide par les Russes pour leur grand voyage avorté sur la lune. Au menu ? Vodka, pruneaux et chocolat.

Et si la combinaison spatiale reste la pièce phare de l’exposition, les gérants d’Art Sablon ont voulu rester dans l’esprit de leur galerie, un mix entre sciences, antiquité et art contemporain.

En cohabitation avec les vestiges de la course spatiale se trouvent également de nombreuses représentations antiques de Diane, déesse de la lune, de la forêt et des enfers. Du côté plus contemporain, sont exposées d’impressionnantes photographies argentiques signées par Lior Gal, artiste israélien. Ce dernier, en jouant sur différents collages, tend à représenter des paysages lunaires ou imaginaires.

Et petite cerise sur le gâteau : de splendides météorites d’Argentine arrivées sur terre il y a plus de 4  000 ans sont exposées et également en vente.

- Moon, à la galerie Art Sablon. Rue Watteeu 16, 1000 Bruxelles. Ouverte du mardi au samedi de 10h30 à 18h.