Le MR de Bruxelles a apporté mardi son soutien au projet de Musée du Chat mais il a aussi dénoncé "la mainmise exclusive de Rudi Vervoort sur les projets muséaux à Bruxelles".

Pour le MR, première force de l'opposition à la Région bruxelloise, le musée du Chat a toute sa place dans la capitale : le personnage du Chat est en effet particulièrement intergénérationnel, rassembleur et apte à fédérer l'ensemble des Bruxellois, des Belges et des visiteurs étrangers autour d'un nouveau projet muséal d'envergure. 

En revanche, le Mouvement Réformateur conteste la manière dont le gouvernement bruxellois, et l'entourage de son ministre-président actuel, Rudi Vervoort, "s'accaparent à eux-seuls le pouvoir de décider de la politique muséale bruxelloise, en particulier depuis que la Région bruxelloise a hérité des compétences relatives aux matières biculturelles d'intérêt régional. Le député libéral bruxellois Gaëtan Van Goidsenhoven s'en est pris en particulier au "petit monde qui gravite autour du cabinet du ministre-président, faisant la pluie et le beau temps, sans aucune concertation avec de nombreux acteurs culturels et sans aucune transparence". 

Le député bruxellois a également pointé "les nombreux dysfonctionnements du futur musée d'art contemporain, qui a vu plusieurs personnes démissionner de leurs fonctions à la Fondation Kanal car elles s'opposaient à l'emprise de certains politiques - dont plusieurs liés au cabinet de Rudi Vervoort - dans la définition du projet culturel. "Kanal et le Musée du Chat sont dans l'absolu des projets qui recèlent un très beau potentiel, tant pour le rayonnement international de Bruxelles que pour la place de la culture dans notre capitale. En revanche, le manque de concertation, tant avec le secteur associatif et culturel qu'avec les autres partenaires institutionnels, et singulièrement avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, est de plus en plus interpellant", a ajouté celui qui est aussi chef du groupe MR à la Cocof.