Bruxelles La commune de Schaerbeek réclame 1.500 € à de jeunes travailleurs encore domiciliés chez leurs parents.

Ne pas vous domicilier dans la commune où vous vivez peut vous coûter très cher. C’est ce qu’ont appris à leurs dépens de jeunes travailleurs vivant à Schaerbeek. Ceux-ci ont récemment découvert qu’ils allaient devoir s’acquitter d’une taxe communale de 1.536 € pour l’année 2015 parce qu’ils sont toujours domiciliés chez leurs parents. Explications.

"Nous avons commencé à louer cette maison en 2013 lorsque nous étions encore étudiants. Depuis lors, certains d’entre nous ont commencé à travailler mais nous sommes restés domiciliés dans nos communes respectives situées en dehors de Bruxelles. En décembre, la commune de Schaerbeek a décidé de faire un recensement de tous ses habitants. Notre propriétaire a donc fourni la liste des personnes qui occupent actuellement sa maison", raconte Charlotte, 26 ans.

Quelques jours après Noël, les six membres de la colocation ont tous reçu à leur domicile un courrier du service financier de la commune de Schaerbeek. Constatant que ces jeunes gens ont résidé dans l’avenue des Cerisiers sans s’être domiciliés, la commune écrit qu’ils sont soumis au paiement d’une taxe sur les résidences non-principales qui s’élève à 128 € par mois pour l’exercice 2015. Comme il s’agit d’une taxe avec effet rétroactif, les trois colocataires qui ne sont plus étudiants devront donc payer chacun 1.536 €.

Modifié en 2013, le règlement-taxe schaerbeekois sur les résidences secondaires indique qu’il est raisonnable de faire participer les usagers d’une résidence non-principale au financement des services communaux et des infrastructures (parcs, voiries…) dont ils peuvent bénéficier.

Si les colocataires reconnaissent que la commune est dans son droit, la pilule n’en reste pas moins difficile à avaler.

Pour ces jeunes travailleurs, le montant réclamé correspond tout de même à un mois de salaire. "Nous n’avons jamais été mis au courant du risque d’encourir une telle taxe dont le montant est exorbitant ! La responsable administrative du service financier nous a sorti le classique ‘nul n’est censé ignorer la loi’. Mais quand est-ce que les gens ont-ils le temps d’aller consulter tous les arrêtés communaux que les politiques changent quand ça leur chante ? Nous sommes de bonne foi, nous payons nos impôts et nos factures en temps et en heure. Il va de soi que nous nous serions inscrits à la commune si nous avions été mis au courant", s’indigne Charlotte.

Comme de nombreux jeunes travailleurs vivant en colocation, cette dernière n’avait pas été s’inscrire au registre de la population car elle n’envisage pas de rester éternellement dans ce logement choisi lors de ses études. Cette mauvaise surprise n’est pas réservée aux personnes résidant à Schaerbeek. La plupart des communes bruxelloises disposent d’une taxe sur les résidences secondaires, mais les sommes demandées sont généralement moins élevées. Le montant annuel de la taxe s’élève à 520€ à Molenbeek ; 960 € à Ixelles et 1.200 € à Etterbeek.