Bruxelles

La méconnaissance du néerlandais dans la capitale bruxelloise est un problème récurrent qui touche de nombreux milieux. Les hôpitaux ne sont, hélas, pas épargnés par cette situation.

En effet, il arrive assez régulièrement, malheureusement, qu'un patient néerlandophone rencontre des difficultés pour se faire comprendre et pour recevoir des soins adéquats.

Le Dr. Benavides, médecin généraliste à Bruxelles, bilingue, nous explique son ressenti du terrain.

"Durant mes stages d'études et lors de mes contacts quotidiens avec les hôpitaux, il m'est arrivée fréquemment de rencontrer ce type de situations. Le personnel hospitalier ne parle pas assez néerlandais que pour fournir un service optimal aux patients " explique-t-elle.

Selon elle, le problème provient notamment du fait que les étudiants en médecine ne sont pas en contact avec cette langue nationale durant leurs études: "Je crois qu'il est nécessaire que des efforts soient réalisés pour renforcer la connaissance du néerlandais dans le milieu médical. Le néerlandais est, légalement, une langue officielle à Bruxelles. Au même titre que le français. De plus, des patients en provenance des Pays-Bas, viennent également se faire soigner chez nous et ces derniers ne parlent pas du tout français".

Elle estime qu'il faudrait prévoir des formations pour attenuer le problème et permettre à tout un chacun de recevoir des soins adaptés: "Pour ma part, j'ai la chance d'avoir des grands-parents flamands que je cotoyais régulièrement plus jeune. Ils ont ainsi facilité mon apprentissage de la langue. Cependant, pour atteindre un niveau acceptable, aucun soutien, aucune formation n'étaient réellement prévus dans mon cursus. J'ai donc dû prendre l'initivative et faire les efforts de mon propre côté".

"Je crois également que des contrôles dans les hôpitaux, comme il en existait par le passé, permettraient de favoriser le bilinguisme" conclut-elle.

Selon le centre d'information et de documentation BRIO, qui a effectué un baromètre linguistique en 2018, le français est la langue majoritairement utilisée à Bruxelles avec plus de 85% de la population la maîtrisant. Concernant le néerlandais, moins de 20% de la population bruxelloise dit le parler.