"Nique la flicaille et sa cohorte de bouffons (...) Ce statut est public pour que l'inspecteur (..) de la zone Midi, homophobe, raciste et pervers sexuel (Uneus) puisse savoir que je lui ai acheté une toute nouvelle paire de couilles."  Publié sur Facebook le 25 avril dernier, ce message de Catherine François (PS) fait suite à l'interpellation de son fils. Un message que la conseillère communale saint-gilloise a ensuite supprimé, avant de démissionner de son mandat de conseillère de police au sein de la zone Bruxelles Midi.

Outre l'inspecteur qu'elle a nommément visé, la zone de police elle-même a décidé de la poursuivre en justice. De son côté, la commission de vigilance du PS a clôturé momentanément le dossier. "Nous avons reconnu les propos inadmissibles qu'elle a tenus et pour lesquels elle a été sévèrement réprimandée, à la fois par son bourgmestre, par le président de la fédération bruxelloise du parti et par la commission, explique Jacqueline De Baets, présidente de la commission. Elle s'est en outre auto-sanctionnée en démissionnant du conseil de police, ce qui est une sanction très grave pour une conseillère communale. Des procédures pénale et civile sont aussi en cours, on estime que c'est suffisant, en tout cas jusqu'à nouvel ordre."

La décision de la commission a été prise le 9 juillet dernier. Les parties peuvent faire appel jusqu'en septembre.