Bruxelles ? “Une lasagne indigeste” , selon Gosuin

BRUXELLES Payés depuis près de trois mois, les députés bruxellois ont officiellement fait leur rentrée hier. Ils ont certes eu droit à une mise en jambes en commission la semaine passée mais cela n’a pas vraiment surchargé leur emploi du temps.

Place aux choses sérieuses, donc, hier, avec le grand oral du sieur Picqué, ministre-président PS de son état. Pas de déclaration fracassante - M. Picqué n’est pas coutumier du fait. Plutôt un rappel de la déclaration gouvernementale du mois de juin dernier, un poil de mouche plus précise. Pas plus.

Le premier Bruxellois a ressenti “comme une injustice les très sévères économies que la Région bruxelloise doit consentir, que ce soit à l’occasion du contrôle budgétaire de 2009 ou de l’élaboration du budget 2010” . Pas de quoi émouvoir son rival le plus en verve. Didier Gosuin, au sujet de la longévité du règne Picqué : “Chaque fois, on maintient l’ensemble et on rajoute une couche, ce qui finit par rendre la lasagne bruxelloise totalement indigeste”.

Parmi les rares news de la sortie d’hier matin : le RER. Aux 36 stations bruxelloises annoncées en début d’année par l’ancien ministre de la Mobilité, Pascal Smet, Charles Picqué en rajoute quelques-unes, en lien direct avec la Stib : “En plus des 36 points d’arrêt acquis dans le schéma d’exploitation, seront ajoutés Cureghem, Verboeckhaven, Rogier, Lycée français, Verhost et Wielemans ”. La bonne nouvelle, lointaine…

À court terme, l’on court après les sous. Comme l’avançait justement l’opposition libérale hier, le gouvernement Picqué n’a pas encore arrêté son plan d’apurement (200 millions d’euros). Certaines pistes sont coulées dans l’encre officielle. D’autres ne sont qu’hypothèses.

Parmi elles, citons la vente du terrain du Bempt, derrière la déchetterie de Forest ou, plus symbolique, la suspension du service de transports en commun nocturne Noctis…



© La Dernière Heure 2009