Bruxelles

Bruxellois, flamands et wallons manifestent à vélo contre l’élargissement du ring

BRUXELLES

En couple, seul ou même en famille, francophones et néerlandophones, ils étaient une bonne centaine à enfourcher leur vélo hier à partir de la porte de Namur pour protester contre l’élargissement du ring de Bruxelles, de 10 à… 17 bandes sur certaines parcelles.

Beaucoup ont planté leur tente à la fin de cette balade au bois de Laerbeek à Jette dont une partie est menacée par le projet. “L’élargissement nuira au bien-être de toute une région. De plus, le bois du Laerbeek vieux et a en son sein une flore précieuse, cela risque de disparaître, à cause d’un projet de la part d’autorités qui font le choix de plus de voitures, au lieu de trouver une solution durable à long terme” , déplore Steyn, Jettois.

Parmi les solutions proposées par les cyclistes présents, “des plans de déplacement pour employés, des taxations kilométriques et une diminution des voitures de société, qui ne payent pas de taxes et qui représentent 37 % du trafic routier sur le ring” , énumère Jeroen Verhoeven, membre du Brusselse Raad voor het Leefmilieu.

Liévin Chemin, membre du collectif bruxellois PlaceOvelo enchaîne : “Il faut préconiser les transports publics et le co-voiturage plutôt que d’asphyxier Bruxelles encore plus ! Le milliard d’euros que le gouvernement flamand va investir permettra de rendre le trafic plus fluide dans les 5 à 10 ans à venir” , ajoute-t-il, mais le nombre de voitures va augmenter en parallèle, “de 20 %” , selon son compatriote Jeroen Verhoeven.

Anja, anversoise, est présente également avec les mêmes revendications : “Nous avons connu les mêmes problèmes avec le viaduc Lange Wapper à Anvers. J’ai voulu soutenir mes amis ici, à Bruxelles, dans le même esprit !” La différence, c’est que le projet du viaduc anversois est aujourd’hui enterré, tandis que projet de l’élargissement du ring nord de la capitale n’a pas fini de faire parler de lui…



© La Dernière Heure 2010