Bruxelles

59 personnes ont été contrôlées dont 7 travailleurs non déclarés, en séjour illégal, parmi lesquels figuraient deux mineurs.

Vendredi dernier, la police de Bruxelles et de nombreux services administratifs ont procédé au contrôle de 21 ongleries dont cinq ont connu une fermeture avec mise sous scellés judiciaires pour exploitation de main d'oeuvre en situation illégale, en ce compris des mineurs, dans les galeries du centre, juste derrière la Grand-Place. Ces établissements étaient "suspectés de se rendre coupables d'infractions d'ordre sociales et fiscales, mais aussi sanitaires au vu de l'utilisation de produits non conformes. Existaient également des suspicions de traite des êtres humains à l'encontre de certaines enseignes", explique la police dans un communiqué.

Au total, 59 personnes ont été contrôlées dont 7 travailleurs non déclarés, en séjour illégal, parmi lesquels figuraient 2 mineurs.

Un une soixantaine de procès-verbaux travail non déclaré, infractions au code de droit économique, absence de pièces justificatives, absence de livre de recette, infractions en matière de TVA, etc. ont par ailleurs été dressés tandis que 3 000 vernis ne répondant pas aux normes européennes en vigueur ont été dressés. Les quantités de solvants retrouvées dans la galerie dépassant de 3 fois la limite légale autorisée en un même lieu​.

Ce n'est pas la première fois que la police intervient dans cette galerie. "Bien que des infractions notamment en matière de santé publique y ont encore été constatées et sanctionnées, force est de constater que des améliorations en ce domaine ont été posées", note la police.