Le rassemblement s'inscrit dans un mouvement hebdomadaire qui a cours depuis le 1er février. Une bannière portait le message "Tu es à la rue? Tu as un problème de logement!". Les manifestants entendent revenir tous les mardis jusqu'à obtenir gain de cause.

L'ordonnance régionale relative à l'aide d'urgence et à l'insertion des personnes sans-abri du 14 juin 2018 a acté la création d'un ''coordinateur des dispositifs d'aide d'urgence et des dispositifs d'insertion" appelé Bruss'Help. Le programme Housing First, qui promeut la réinsertion dans la société des personnes sans-abri par la mise à disposition d'un logement, y est mentionné.

Cependant, le Syndicat des immenses, "un lobby citoyen en faveur des personnes en non- logement ou en mal-logement", y voit un "vœu pieux" faute d'investissements assez conséquents. Il déplore que le ministre bruxellois Alain Maron (Écolo), membre du collège de la Commission communautaire française (COCOF) chargé de l'Action sociale et de la Santé, soit représenté au CA de Bruss'Help, mais pas la secrétaire d'État bruxelloise chargée du Logement.

La semaine dernière, le Syndicat des immenses a informé les acteurs du sans-abrisme de la tenue de cette mobilisation hebdomadaire. Il les appelle à rallier le mouvement. Une travailleuse du Samusocial a pris part à la manifestation de ce mardi. Le Syndicat des immenses ajoute vouloir prendre contact en fin de semaine avec des parlementaires bruxellois pour qu'ils s'emparent de la problématique.

"On croit que la fin du sans-abrisme est possible, mais si on ne met pas le logement au cœur du combat, cela ne va jamais pouvoir se faire", défend Laurent D'Ursel, secrétaire du Syndicat des immenses. "Si on continue à dire qu'être sans logement, c'est avoir un problème social-santé, mais pas un problème de logement, on ne va jamais sortir de la logique de l'urgence. C'est pour cela que Nawal Ben Hamou doit avoir un représentant au CA de Bruss'Help. Cette semaine, on a reçu, via le collectif Droit à un toit, un extrait d'un procès-verbal d'un comité de coordination restreint composé d'acteurs du secteur liés à Bruss'Help dans lesquels les membres s'accordent à dire que mettre fin au sans-abrisme est irréaliste et que cela fait plus de sens de proposer des mesures concrètes et réalisables. Cela montre qu'on doit se battre pour imposer un changement de mentalité."