Depuis ce vendredi 9 avril, l'équipe de création du spectacle Les Lianes occupe le théâtre La Balsamine. L'équipe proteste contre les reports successifs de la pièce, et remet en question la gestion de la crise envers le secteur culturel, et plus spécifiquement les arts vivants.

"La pièce devait être créée en novembre dernier, elle avait été reporté à avril. C'est la seconde annulation, nous sommes maintenant reportés en novembre prochain, mais sans aucune certitude que les théâtres soient réellement ouverts à cette période, explique Françoise Berlanger, metteuse-en-scène du spectacle. Faire du théâtre en plein air, convertir des parties du spectacle en performance, agir dans les musées d'arts ? Toutes ces choses sont des disciplines à part entière, et dont la question des rémunérations est loin d'être évidente." 

La directrice de la Balsamine est en outre inquiète du fait que la prochaine ouverture des lieux d'art et de culture soit conditionnée à l'installation spécifique de système d'aération dans les salles. "Cette fois encore, cela créera un distinguo entre lieux subventionnés et lieux alternatifs", déplore Monica Gomes.

"La Belgique tarde à rouvrir les salles alors que des pays voisins comme le Luxembourg, La Grande-Bretagne, La Suisse, Le Portugal et l'Espagne proposent déjà des solutions. C'est incroyable que ce ne soit pas le cas en Belgique. Pour les jeunes créateurs qui comme moi n'ont pas accès au dit statut d'artiste, c'est l'horreur totale. On a la sensation d'être des variables d’ajustements sacrifiés sur l’autel de la sécurité sanitaire", ajoute Mika Oki, musicienne du spectacle et DJ .

Sur Facebook, le groupe indique soutenir les autres occupations, ainsi que le KVS qui entend rouvrir le 26 avril, bravant ainsi les décisions du Comité de concertation.