"Le nombre de cas du variant Omicron est sans doute sous-estimé". Les chiffres détaillés des infections du nouveau variant qui fait peur ne sont pas circonscrits à Bruxelles. Mais Inge Neven, responsable du dispositif Covid de la Cocom, ne se fait aucune illusion. "On est inquiets: Omicron est bien présent et se propage tout aussi bien", assure l’experte, dont les services gardent ce cadeau de Noël pourri bien à l’œil. Même si l’impression actuelle est que "les voyages vers Bruxelles n’ont pas encore d’impact sur le variant puisqu’on voit qu’il circule aussi en Wallonie et Flandre", les perspectives sont sans appel: "il pourrait concerner la moitié des infections dès la fin d’année ou le début de l’année prochaine".

Aussi, la perspective du pic épidémique de la 4e vague en vue à Bruxelles est-elle vue avec soulagement. " On pense qu’on y arrive. La valeur R est repassée sous 1 depuis ce mardi 14 décembre (0,93 pour 1,13 il y a 7 jours). Ça prouve que la transmission ralentit", rassure Neven. Mais Bruxelles n’est pas tirée d’affaire: "Le taux d’incidence augmente encore un peu (1.505 cas sur 100.000 habitants les 14 derniers jours contre 1.439 mardi dernier, NDLR). Mais avec un taux de positivité de 13,8% (pour 13,1 la semaine passée) qui reste plus faible qu’ailleurs en Belgique alors qu’on teste beaucoup" (10.200 prélèvements par jour NDLR). La responsable s’attend "à arriver au plafond" sous peu. "On espère diminuer ces infections avant que ça ne raugmente malheureusement via Omicron". Car il reste encore 110 malades en soins intensifs à Bruxelles, pour 99 la semaine dernière.

Une gueule de bois post-réveillon pend-elle au nez des Bruxellois? "On doit encore voir l’effet du dernier Codeco et du suivant", modère Neven. "Mais ça dépendra de tout le monde. Si on reste raisonnable, on espère que les fêtes n’auront pas trop d’effet. Mais je ne m’attends pas à une forte diminution d’ici le Nouvel An". D’autant moins qu’Omicron s’invite à table.

37.000 boosters en une semaine

Rayon vaccination, Bruxelles bat ses records estivaux. Quelque 46.500 doses ont été injectées sur les 7 derniers jours, dont 37.000 boosters. La dose de rappel enregistre aussi 130.000 réservations via BruVax pour les semaines à venir. "Ça veut dire que 30% de notre groupe cible ont eu le booster", note Inge Neven. Les 160.400 doses de rappel déjà administrées dans la capitale ont ainsi atteint 70% des 65 + déjà et 63,3% des immunodéprimés éligibles.

Au total, 17% des Bruxellois ont reçu leur 3e dose. "On invite 60.000 à 70.000 personnes chaque semaine. Nous avons les capacités de vacciner les personnes éligibles à la 3e dose d’ici la mi-janvier", prévient l’experte sur base des délais recommandés de 2 mois pour le J&J, 4 mois pour l’Astra Zeneca et 6 mois pour les Moderna et Pfizer. Un raccourcissement de ces délais est actuellement à l’étude au Conseil Supérieur de la Santé.

La satisfaction vient aussi du fait que 80% des 45 + sont désormais 100% vaccinés à Bruxelles. Par contre, "ça devient de plus en plus compliqué pour la 1re dose". Celle-ci a trouvé 5.700 épaules la semaine écoulée. Neven: "Je ne crois pas qu’il reste beaucoup de gens qui n’ont jamais entendu parler de la vaccination. Donc ceux qui restent refusent de se faire vacciner, pour l’une ou l’autre raison".