Le référendum aura lieu les 14, 15 et 16 juin prochains. Une urne sera placée à l'entrée principale de l'hôpital et une autre mobile sera acheminée dans les différents services. Une liste des membres du personnel est en train d'être créée sous forme numérique pour éviter qu'il y ait des doubles votes. Les bulletins seront anonymes.
 
Une pétition contre la décision de privatiser le service de gardiennage de cet hôpital public, comptant 634 signatures sur les quelque 2.400 membres du personnel, a été remise mardi à la direction, sans avoir d'effet immédiat, lors d'une réunion avec les syndicats. Étaient notamment présents le directeur général de l'hôpital Philippe Leroy, le président du conseil d'administration Mohamed Ouriaghli (PS) et le directeur en charge du département de gardiennage Jean-Marie Randour. "On leur a fait remarquer que la décision prise ne reposait sur aucun dossier, sur aucun élément objectif", a souligné Julien Versteegh, délégué syndical CGSP au CHU St-Pierre. "On trouve que la direction ne respecte pas les règles de la concertation sociale et on lui a signalé que si cela continuait, on ferait appel à une médiation du SPF (Service Public Fédéral) Affaires sociales. On a obtenu une prolongation des négociations et une prochaine réunion a été fixée au 13 juin. On s'attend à ce que la direction mette alors un dossier complet et des propositions concrètes sur la table, ce qui nous permettra éventuellement d'entamer réellement des négociations. Mais, nous restons par principe contre la privatisation."

Le conseil d'administration a pris la décision de privatiser le service de gardiennage le 19 avril dernier et l'a communiquée aux agents concernés lors d'une assemblée générale convoquée le 2 mai. Une réunion de concertation a eu lieu avec les syndicats le 16 mai. Estimant que celle-ci marquait le début des négociations, la direction a fixé leur échéance au 17 juin. Les travailleurs menacés de licenciement ont fait une grève de 48 heures les 24 et 25 mai, avec le soutien des trois syndicats en front commun.
Les agents du service de gardiennage se rassembleront jeudi à 17h30 en assemblée générale pour revenir sur les discussions de mardi avec la direction, pour parler de l'organisation du référendum et pour envisager d'autres actions.