Bruxelles L'ancien ministre bruxellois de la Mobilité est aujourd'hui secrétaire d'Etat en charge de l'Urbanisme. Il a présenté au Soir sa vision de la ville.

Tout au long de cette nouvelle législature, Pascal Smet (one.brussels) gérera la délivrance des permis d'urbanisme pour les bâtiments et l'espace public. Le secrétaire d'Etat entend "relever le niveau de l'ambition architecturale" : "Il faut sortir du conservatisme, de la peur de déplaire. Fini le temps où les architectes renommés fuyaient Bruxelles. Il faut des bâtiments qui ont de la gueule, qui intriguent."

Outre la valorisation des toits et la verdurisation des projets urbanistiques, il prône une densification de la ville. "Oui, c’est clair. On va construire des tours. Mais à deux conditions. Le bâtiment doit être bien intégré dans le quartier, et il faut du nouvel espace public, pour que les gens puissent vivre. Bruxelles n’est pas Aix-en-Provence hein ! On ne va pas faire n’importe quoi. On va regarder vers l’avenir, avec le respect du passé. Il faudra aussi prendre en compte la perspective, pour chaque immeuble."

Pour que ces grands projets puissent aboutir, Pascal Smet mise sur la concertation. "Il faut, dès la conception, des réunions où tous les acteurs sont présents : les administrations, la commune, la Région, le promoteur… Et les citoyens. Aujourd’hui, ils ne sont consultés qu’en bout de course, quand le dossier est ficelé. Il faut de la transparence. On va réfléchir à une méthode pour les associer plus en amont. C’est aussi dans l’intérêt des promoteurs."