Des crèches bruxelloises testent le nouveau logiciel ABCrèche qui entend simplifier leur gestion administrative. Explications.

Elle devait entrer en vigueur le 1er janvier dernier. Face aux craintes et critiques d’une partie du secteur, l’application de la réforme sur les milieux d’accueil (Milac) a finalement été reportée. La réforme vise à renforcer l’accès aux crèches en Fédération Wallonie-Bruxelles, notamment au niveau financier. Nouvelles normes de subventionnement, nouvelles procédures d’inscription, nouvelles qualifications et formations : elle redessine le paysage du secteur.

Si la fin du recours à des travailleuses indépendantes ne fait pas l’unanimité au niveau des crèches privées, l’esprit global de la réforme semble en phase avec les attentes du secteur. Concrètement, son application risque cependant d’augmenter la charge administrative des milieux d’accueil, du moins au début. Pour accompagner ce changement, trois Bruxellois ont mis au point un logiciel de gestion de crèche compatible avec les règles de la nouvelle réforme. "On s’est rendu compte que les logiciels existants utilisent une technologie obsolète et qu’ils ne sont pas à jour au niveau de la réforme qui a pourtant de grosses implications au niveau administratif ", explique Thomas De Henau, qui travaille depuis 20 ans dans le secteur.

"La gestion des crèches est complexe et encore souvent réalisée à la main. De nombreuses directrices sont infirmières ou assistantes sociales, elles n’ont pas été formées à la gestion", ajoute-t-il. Avec Drilon Saraqini et Clément Rigo, il a ainsi imaginé ABCrèche avec trois objectifs : faciliter la gestion administrative des professionnels, renforcer la communication avec les parents et assurer un meilleur suivi des enfants.

Clair et intuitif, le logiciel permet aux crèches d’assurer un suivi précis des inscriptions et disponibilités des enfants. Plusieurs interfaces permettent aux milieux d’accueil d’enregistrer les présences, selon leurs besoins et leurs préférences. "Le but est de permettre aux acteurs de terrain de disposer d’un outil pour appliquer la réforme et mieux gérer les places." Rappelons qu’en Région bruxelloise, le taux de couverture dans l’accueil de la petite enfance est inférieur à 30 %.

"Cette pénurie de places est d’autant plus grande qu’il existe une difficulté à gérer les places. La majorité des crèches affichent un taux d’occupation de 80 % à 90 %. Mieux gérer les places disponibles permettra aux milieux d’accueil de mieux répondre à leurs objectifs. Avec ABCrèche, nous espérons que les crèches pourront augmenter leur taux d’occupation."

Depuis plusieurs semaines, quatre crèches bruxelloises testent pour l’instant ce nouveau logiciel. Parmi elles, la crèche publique BabyMedia. "Il est bien pensé et très facile à utiliser, commente Marie Benoussaïd, psychomotricienne. Quelques petits éléments sont à améliorer, comme les dates qui buguaient mais ils ont réglé ça dans la demi-heure." Laurence Van Helshoecht, directrice des crèches Artichou et Amstramgram, confirme : "Il faut un peu de temps pour le prendre en main et encoder le tout mais une fois que c’est fait, ça permet un gain de temps considérable. Je vais gagner deux semaines de travail rien que pour les déclarations fiscales à remplir pour chaque parent !"

"On espère arriver à convaincre d’autres structures", conclut Thomas De Henau.