Bien que la situation varie fortement entre les communes, les résultats semblent prouver la valeur ajoutée que peuvent représenter les pharmacies dans la campagne de vaccination. En septembre, la commission communautaire commune de Bruxelles (COCOM) et l'UPB ont lancé le projet "Pharma-on-tour", qui offre aux Bruxellois la possibilité de se faire vacciner dans une pharmacie. Alors que 40% des Bruxellois n'ont pas de médecin de famille, les pharmaciens représentent souvent le premier recours quand il est question de santé. Concrètement, le projet Pharma-On-Tour permet aux pharmaciens d'organiser des sessions de vaccination dans leur établissement et ce, en collaboration avec des équipes médicales qui viennent administrer les doses de vaccin. Quelque 22 pharmacies bruxelloises prennent part désormais au projet.

Selon l'UPB, les chiffres varient fortement en fonction des communes. Entre le début du projet et le 10 décembre, 4.265 doses de vaccin ont ainsi été administrées à Scharbeek , contre 56 pour les communes de Ganshoren, Koekelberg et Berchem-Sainte-Agathe. Il existe plusieurs explications à cette variation.

Par exemple, le nombre de pharmacies par commune, les différences de superficies entre les communes, le nombre d'habitants par commune et le taux de vaccination de la population jouent leur rôle, explique le directeur général de l'UPB, Stefaan Timperman. Il souligne également que certaines pharmacies ont été impliquées dans le projet plus tôt que d'autres et ont pu administrer un plus grand nombre de doses.

"Malgré ces différences entre les communes, les résultats sont très impressionnants", conclut Stefaan Timperman. "En raison du taux de vaccination plutôt faible dans l'ensemble de la Région bruxelloise, nous devons fournir encore plus d'efforts pour l'améliorer".