En commission spéciale Covid-19 du parlement bruxellois ce mercredi, le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Ecolo) a déclaré ceci : "Il n'est pas recommandé de multiplier les tests pour multiplier les tests. D'abord parce que la multiplication des tests pour une même personne vient engorger les centres de testing inutilement. Et puis, l'impact du testing est environnemental d'abord. Ça fait une masse considérable de déchets..."

A cette phrase, la cheffe de groupe CDH Céline Fremault est sortie de ses gonds : "Excusez-moi M. Maron mais ce n'est pas audible ça. Je suis désolée de me fâcher mais ça n'est pas audible ! (...) Aujourd'hui on n'a pas le choix. Et s'il faut le faire dix fois, il faut le faire dix fois. Expliquer que cela a un coût environnemental, ce n'est pas audible aujourd'hui. Je pense qu'on court à la catastrophe" , s'est écriée Céline Fremault, s'excusant dans la foulée du ton 'colérique' emprunté dans sa réplique.



Suite à un petit montage vidéo réalisé par le CDH et publié sur Twitter, de nombreux Bruxellois ont réagi avec humour, se payant une grosse tranche d'Alain Maron.



Durant cette séquence, le CDH bruxellois est monté au front notamment sur la situation dans les maisons de repos "où tous les indicateurs sont en train de passer à l'orange. Que faites-vous M. Maron ? (...) Vous êtes encore en train de chipoter. Le personnel est épuisé, des gens sont de nouveau en train de mourir. Je suis furieuse ! (...), a encore déclaré Céline Fremault. Mardi dernier, vous avez répété que vous n'étiez pas inquiets. Le 3 octobre, vous avez dit que l'on s'approchait d'une situation un peu difficile. Le lendemain, vous avez dit que le taux d'occupation dans les hôpitaux n'était pas alarmant... Je ne dis pas que vous êtes le seul responsable mais vos déclarations ne sont pas responsables. Vos messages rassurants, il y a des jeunes qui les écoutent. Ce n'est pas responsable."

"Je voudrais casser les pattes au canard que Mme Fremault tente de faire voler", a rétorqué Alain Maron, qui dénonce une manipulation grossière dans le chef du CDH. "J'ai été interrogé sur un éventuel risque médical à la multiplication des tests pour une seule personne. J'ai expliqué que le risque était extrêmement faible. Mais que ce n'était pas une raison pour multiplier les tests sur une même personne car cela à un coût pour la sécurité sociale et présente un coût environnemental. Est-ce pour cela que nous limitons les tests ? Non ! Jamais de la vie ! Ne venez pas faire croire que parce que j'aurais osé parler du coût environnemental qu'on mettrait un frein dessus, c'est faux !"