Bruxelles

A Bruxelles, le CD&V a perdu un siège et n'en compte plus qu'un.

Le recul du CD&V à Bruxelles découle du fait que le parti a été "trop bon" et n'a pas assez parlé le langage des gens, a estimé la cheffe de file des sociaux-chrétiens flamands dans la capitale, Bianca Debaets. "Nous devons être plus incisifs et utiliser une langue que les gens comprennent mieux", a-t-elle déclaré lundi matin dans De Ochtend.

A Bruxelles, le CD&V a perdu un siège et n'en compte plus qu'un. Le parti pourrait également être éjecté de la majorité. "Ce n'est pas le résultat auquel nous nous attendions. On n'est visiblement pas récompensé d'avoir été au pouvoir" alors que "pendant 30 ans, nous avons cherché des solutions constructives pour Bruxelles", a poursuivi Bianca Debaets. Cette défaite laissera des cicatrices "qui prendront du temps pour guérir", a-t-elle ajouté.