La procédure au fédéral risque de prendre encore quelques semaines.

Cela fait des années que les libraires indépendants le demandent : l'instauration d'un prix unique du livre. Une mesure nécessaire selon eux, afin de pouvoir rivaliser avec les grandes chaînes de librairies et les librairies en ligne.

Déjà d'application en Wallonie, le prix unique du livre bloque encore à Bruxelles. La capitale étant bilingue, un accord de coopération entre les deux communautés linguistiques, en plus du fédéral, est indispensable pour entériner une telle mesure. Trois instances qui ont signé un accord le 25 juin 2018, bien avant que le gouvernement ne passe en affaires courantes.

Du côté des communautés, le processus a continué à avancer, aboutissant à une ratification au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles en décembre et à celui de la Communauté flamande en janvier. Oui, mais voilà : de son côté, Kris Peteers (CD&V) n'a pas encore déposé la proposition devant le Parlement fédéral.

Une absence d'action condamnée par Karine Lalieux (PS). La députée fédérale considère que, même en affaires courantes, le gouvernement est en mesure de ratifier le prix unique du livre : "C'est un dossier attendu depuis plus de quinze ans par le secteur. Il suffirait que Kris Peeters le dépose et il serait voté en une heure."

Mais le vote en commission n'est pas suffisant : "Si le texte est approuvé en commission, il devra encore être voté en plénière puis publié au Moniteur belge", rappelle Didier Deweerdt. Le porte-parole du ministre de l’Économie l'assure, Kris Peeters déposera le texte à la prochaine commission économie, qui aura lieu fin janvier. Il faudra donc encore attendre plusieurs semaines avant que la loi n'entre en vigueur à Bruxelles.