Bruxelles Saint-Gilles est la première commune de Bruxelles et de Wallonie a lancer l'e-box, une plateforme de services en ligne de l'administration communale, régionale et fédérale.

Dès aujourd'hui, les Saint-Gillois peuvent se rendre sur le site www.passezaudigital.be/ et obtenir dès lors une adresse mail qui donnera accès à leur e-box. Cette dernière de recevoir dans un seul lieu unique toutes les communications et documents des administrations fédérales, régionales et communales. 

L'objectif du fédéral et de la commune de Saint-Gilles est de faciliter la vie des citoyens au niveau de l'administration communale. Ainsi, ce premier pas dans la transition numérique permettra aux habitants de Saint-Gilles d'envoyer et recevoir des recommandés de chez eux, de gérer l'inscription de leurs enfants à la crèche de leur canapé ou encore d'obtenir des informations sur leur demande urbanistique via cette boîte mail. "Ca va vraiment permettre d'améliorer l'efficacité des administrations", explique l'échevin de la simplification administrative Willem Stevens (sp.a.). "Cela permettra à ceux qui préfèrent éviter de se déplacer de faire ça chez eux et il y aura donc moins de file dans les institutions. Ca permettra aussi aux guichets d'être plus efficaces et moins débordés." 

À ses côtés le ministre fédéral de l'Agenda numérique Philippe De Backer (CD&V) et le bourgmestre saint-gillois Charles Picqué étaient présents pour inaugurer cette première plateforme administrative en ligne de francophonie développée par Easybrussels et Brulocalis. "C'est aussi très intéressant parce que ça permet de joindre des documents fédéraux, régionaux et communaux. Ca facilite la tâche des citoyens qui ne devront plus aller sur trois sites différents."

Et enfin, dernier avantage est celui sur l'environnement. En effet, cette nouvelle plateforme permet d'économiser nombre de papiers imprimés pour les documents administratifs. 

"Je connais ma commune et ses habitants", conclut le bourgmestre. "Certains sont attachés à la communication physique et je sais que certains continueront à venir à la commune pour se faire aider par les fonctionnaires communaux. Cela dit, ça va permettre aux citoyens d'avoir le choix et de décider quel système ils préfèrent."