Surprise politique de ce mercredi matin : la présidente de Groen, Meyrem Almaci, a annoncé quitter ses fonctions à la tête du parti. Une décision qui intervient quelques jours après l’accord énergétique fédéral, mais qui serait selon l’Anversoise motivée par des desseins personnels. "Je vais pouvoir prendre des vacances, passer du temps avec mes enfants et mon mari, aller à des concerts."

Quelques heures après la décision, aucun candidat ne s’est encore officiellement déclaré pour prendre la tête de l’ancien Agalev. Certains bruits circulent tout de même dans les coulisses des hémicycles… Mais il a été confirmé à notre rédaction qu'une figure-clé du parti ne se présentera pas : Elke Van den Brandt ne sera pas candidate, et se consacre "à fond" sur son mandat bruxellois au ministère de la Mobilité, nous confirme sa porte-parole.

Battue en 2014, mais pas de revanche

© Archives - D.R.

Candidate malheureuse en 2014 contre Almaci pour prendre rênes du parti, Elke Van den Brandt s’est récemment imposée comme une des figures majeures des Verts néerlandophones. À la tête de la liste régionale, la Ganshorenoise a fait de Groen le premier parti néerlandophone de la capitale et est devenue une véritable "boegbeeld" en endossant le costume, ô combien symbolique pour les écologistes, de ministre de la Mobilité.

"Changer Bruxelles pour la rendre plus résiliente, plus saine et plus agréable pour les Bruxellois est la mission qui m’a été confiée par les électeurs et les électrices de Groen au travers de mes compétences de mobilité. Et on commence à avoir des résultats. […] Nous devons continuer sur cette voie jusqu’à la fin de la législature", communique la mandataire via son attachée.

"Meyrem a tellement compté pour tant de gens, en tant que femme politique en tant que présidente, et en tant que modèle. Elle m’a beaucoup appris et restera une inspiration pour moi", ajoute la ministre. Quant à la vice-présidence ? Aucune ambition à ce sujet, indique sa porte-parole.

Qui donc pour remplacer Meyrem Almaci ? Kristof Calvo, candidat-ministre évincé de la Vivaldi et représentant de la frange plus "libérale" des Verts ? Le candidat malheureux de 2019, Björn Rzoska, "fractieleider" au niveau flamand ? L’éloquent Ostendais Wouter De Vriendt, chef de groupe à la Chambre ? Ou un outsider ? Les paris sont ouverts… et à l’heure actuelle, les Bruxellois ne semblent pas se bousculer au portillon de Groen.