La société des abattoirs d’Anderlecht s’était engagée, du moins sur sa page web, à nettoyer les abords de son site après les marchés. Le conseiller communal Giovanni Bordonaro constate que cette mission n’est plus remplie.

Elle l’a pourtant été pendant des années via une société externe précise Allan Neuzy échevin à l’ Entretien de l'espace public. Mais “depuis la crise sanitaire, la société semble avoir du mal à trouver un prestataire externe qui puisse effectuer ces tâches [...] Les abattoirs nettoient donc avec leurs agents une zone plus petite qui n’inclut plus les espaces publics mais qui est uniquement l'intérieur de leur site.” La commune doit donc prendre à sa charge l'entretien des rues Ropsy Chaudron, Clemenceau ou encore de la place Bara. L’’élu PTB souhaite mettre fin à cette situation : “Soit on oblige la société à fournir des équipes d’une manière ou d’une autre pour aider les équipes communales, soit on instaure une taxe spécifique sur l’activité du marché, comme c’est le cas avec le Royal Sporting club d’Anderlecht.”

Le collège communal n’est pas opposé à l’idée et “l'envisage surtout si les abattoirs ne trouvent pas de solution rapide pour compenser les nuisances en termes de propreté que leur activité produit.”