Bruxelles

Sale ”,”laide ”, “dangereuse ”, le correspondant Jean Quatremer fait un portrait au vitriol de notre capitale

BRUXELLES “La seule ville à laquelle Bruxelles puisse être comparée, c’est Athènes : même chaos urbanistique, mêmes cicatrices laissées par une spéculation immobilière délirante, même trottoirs défoncés, même saleté, même folie automobile. Mais la capitale grecque a réussi, elle, à éviter les autoroutes qui déchirent Bruxelles comme si elle avait la taille de New York. […] Le choc de l’arrivée à destination risque d’en laisser plus d’un sur le carreau tant la capitale belge est laide et sale.” À lire le correspondant Jean Quatremer, spécialisé dans les affaires européennes, Bruxelles est un enfer sur terre.

Il s’en expliquait hier sur une double page du quotidien Libération . Selon lui, l’origine de ce “chaos” est à chercher dans une “mauvaise volonté politique ” et des communes qui refusent toute fusion afin de conserver leur autonomie et leurs petites prérogatives.

Une analyse très critique qui n’a pas manqué de déplaire à nos politiques, au premier rang desquels notre nouveau ministre-président, Rudi Vervoort (PS). “Je suis stupéfait ! Ce reportage photo m’a fait penser à un ancien tract du Vlaams Blok” , réagit-il.



“Quand on voit le nombre de fonctionnaires européens qui restent à Bruxelles après leur retraite, c’est que cela ne doit pas être si terrible que cela…” , ironise-t-il .

Car selon l’Everois, les rapports entre Région et communes sont, aujourd’hui, bien loin de ceux décrits dans cet article. “Ce n’est plus comme il y a 20 ans. Il y a eu de grandes réformes institutionnelles en termes d’urbanis- me ou de mobilité qui coordonnent les compétences au niveau de la Région. Tout est loin d’être parfait, c’est vrai, notamment en terme de propreté. Mais le fait régional est amené à s’imposer de plus en plus.”

Certains pourtant partagent l’analyse du quotidien français. “Je comprends la réaction de Jean Quatremer” , réagit Olivier Maingain (FDF), qui intervient longuement dans l’article. “Ici, les travaux n’ont jamais un côté définitif. Regardez la place Poelaert ou la place Royale. Il n’y a également aucune uniformité dans le mobilier urbain car les communes ne reçoivent pas de consigne de la part de la Région. Il faut une meilleure coordination et une uniformité sur les grands axes bruxellois. La Région doit avoir une maîtrise totale de l’urbanisme” , insiste le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert.



© La Dernière Heure 2013