Le procès d'assises en cours à Bruxelles juge cinq hommes accusés d'avoir assassiné Michal Lenard, à Ixelles, la nuit du 31 mars au 1er avril 2019. Hier, une reconstitution vidéo-filmée a été diffusée au tribunal. Le récit des faits est glaçant. Les agresseurs sont entrés dans l'appartement, encagoulés, et ont donné un coup de pied au visage d'Izabela, la petite-amie de la victime, avait témoigné cette dernière lors de la reconstitution vidéo-filmée. Cette séquence vidéo a été diffusée mardi devant la cour d'assises de Bruxelles, par les enquêteurs et la juge d'instruction. 

Les auteurs sont entrés chez lui et l'ont frappé et poignardé devant sa famille. La petite amie de Michal Lenard a expliqué qu'ils se trouvaient dans leur lit, enlacés, le 1er avril 2019 vers 00h45, lorsqu'ils ont entendu un grand "boum". "Michal s'est relevé et s'est assis sur le bord du lit. Il m'a regardée puis il est allé voir ce qu'il se passait. Il est revenu en courant. Je suis alors sortie à mon tour et j'ai reçu un coup de pied dans le visage, qui m'a projetée en arrière", a-t-elle raconté durant la reconstitution.

"Ferme ta gueule la pute sinon je te tuerai"

La maman de Michal Lenard a également participé à cette reconstitution des faits. Elle a déclaré avoir été réveillée par des personnes qui couraient au rez-de-chaussée, et que Michal est ensuite entré en courant dans sa chambre et s'est caché dans le dressing. Elle est sortie de la pièce et a vu les auteurs "groupés dans l'escalier". Elle a précisé qu'elle n'avait vu que leurs yeux, car ils étaient encagoulés. "J'ai crié à eux : 'là il y a un enfant'. Puis le premier a donné un coup de pied à Izabela en lui criant : 'ferme ta gueule la pute sinon je te tuerai'. Les quatre hommes sont alors entrés dans ma chambre", a-t-elle relaté.

Le 1er avril 2019, vers 01h30, Michal Lenard, un ressortissant polonais de 23 ans, a été poignardé à mort devant sa famille. Des hommes encagoulés et armés de battes de base-ball et de couteaux se sont présentés chez lui, au domicile de sa mère, rue Maes à Ixelles. Les assaillants ont molesté la victime devant sa maman, sa compagne Izabela, et la fille de cette dernière, âgée de 3 ans. L'homme a reçu dix coups de couteau dont un a percé le péricarde et a provoqué sa mort. Il a aussi reçu un violent coup de marteau sur le crâne.

Les quatre premiers accusés, Konrad Puchalski, Patryk Wisniewski, Krysztof Sadowski et Damian Werengowski, sont suspectés d'être les auteurs de ce qui est qualifié d'expédition punitive mortelle. Le dernier, Jaroslaw Poplawski, est quant à lui suspecté d'être le commanditaire.

Les enquêteurs ont exploré plusieurs pistes, dont celle d'un règlement de comptes dans le milieu du trafic de stupéfiants. Par ailleurs, certains éléments tendent à penser que des différends ont opposé la victime à certains accusés. Enfin, une autre piste a évoqué un possible acte de vengeance de Jaroslaw Poplawski, qui n'aurait pas supporté de voir son ex-compagne entretenir une relation sentimentale avec Michal Lenard.

Krysztof Sadowski avait tout nié lors de sa première audition

L'accusé Krysztof Sadowski a été arrêté le 24 juillet 2019, trois mois et demi après les faits, à son domicile à Jette. Il avait ensuite été déféré devant la juge d'instruction, ont relaté enquêteurs et magistrat instructeur, devant la cour d'assises mardi. Lors de sa première audition, Sadowski a nié toute implication dans les faits. Mais vendredi, devant la cour, il a finalement admis qu'il était bien présent lors du passage à tabac de la victime. Dans ce dossier, cinq hommes sont accusés d'avoir assassiné Michal Lenard, à Ixelles, la nuit du 31 mars au 1er avril 2019. Krysztof Sadowski a été interpellé notamment sur base des résultats de l'enquête de téléphonie. Il est apparu que son GSM a activé la même borne que celui de Konrad Puchalski le soir des faits et que son dernier contact était avec Damian Werengowski. Par ailleurs, son ADN a été décelé sur une bouteille dans l'appartement de la victime.

"Krysztof Sadowski m'a affirmé qu'il perdait souvent son GSM, surtout quand il était ivre. Il a déclaré qu'il n'était jamais monté dans la voiture de Konrad Puchalski [qui aurait été vue sur le lieu des faits]. Il m'a dit qu'il ne connaissait pas Michal Lenard mais qu'il connaissait sa petite-amie, Izabela, qui était l'ex-compagne de l'un de ses amis, Jaroslaw Poplawski. Il a encore déclaré qu'il n'était jamais allé dans cet appartement où vivait Michal Lenard", a relaté la juge d'instruction. "Je lui ai alors fait remarquer que ça faisait tout de même beaucoup de coïncidences: comme les autres [Konrad Puchalski et Patryk Wisniewski], il perd son GSM la veille des faits, et comme les autres, il ne réactive pas son numéro ensuite. Il a persisté à dire qu'ils étaient certes des amis mais qu'il n'avait rien avoir avec les faits".

Le procès se poursuit ce mercredi.