Le premier, un Néerlandais âgé de 57 ans, avait été arrêté le 27 février à son retour de République dominicaine. Après un test d'urine positif, un scanner avait mis en évidence 49 boulettes, contenant 560 gr de cocaïne au total, dans son estomac. L'homme a déclaré qu'il effectuait le transport pour un ami contre une rémunération de 4.000 euros. "Son casier judiciaire est vierge", a plaidé son avocat, qui a demandé une peine avec sursis.

L'arrestation du second remonte également au 27 février, à son retour d'Addis Abeba, en Ethiopie. Les agents des douanes ont remarqué un double fond dans sa valise, qui renfermait 1,9 kg d'héroïne. "Mon client vit depuis 10 ans en Italie et s'est rendu au Nigeria pour les funérailles de sa mère", a justifié la défense. "Là, un certain Peter lui a demandé de ramener la valise en Italie, en échange de quoi il paierait l'enterrement. Mon client se doutait que la valise contenait quelque chose, mais il ne savait pas quoi."

Un autre Néerlandais écope de la même peine. Il avait été arrêté le 13 février, en revenant de Curaçao. Là aussi, les agents ont repéré un double fond, qui cachait 1,18 kg d'une substance ressemblant à de la cocaïne. Son avocat a plaidé un sursis car son client aurait effectué ce transport pour rembourser des dettes accumulées "après avoir été victime de violences policières il y a 25 ans".

Le dernier prévenu, un homme âgé de 27 ans, avait été arrêté le 23 janvier à son retour de Curaçao alors qu'il avait avalé 75 boulettes de cocaïne, représentant 1,82 kg. Selon lui, il a agi pour rembourser des dégâts à la suite d'un accident de la route. "Mon client avait provoqué un accident avec la voiture d'un ami", a déclaré sa défense, qui espérait une certaine clémence du tribunal. "Cet ami lui a proposé de transporter la drogue pour payer les dégâts. (...) Mon client est en aveux complets."

Le tribunal a tout de même prononcé des peines effectives de 36 mois pour ces dossiers.