La conseillère communale PTB à l'origine du rassemblement estime que l'enquête doit notamment répondre à trois questions. "Quand Salwa a signalé ces menaces, la police les a-t-elle actées dans une plainte et un procès-verbal envoyé dans les dix jours au parquet, comme le commissaire de police et la bourgmestre se sont engagées à le faire pour chaque plainte concernant les violences faites aux femmes ? Y a-t-il eu un arrêté d'éloignement ? Et finalement, au début du confinement, la zone Bruxelles-Nord a repris contact avec toutes les femmes qui avaient déposé plainte auparavant : Molenbeek a-t-elle appliqué cette bonne pratique ?"

L'homme soupçonné d'avoir poignardé cette femme a été placé sous mandat d'arrêt par le juge d'instruction, a indiqué lundi le parquet de Bruxelles. "Dans notre commune, en une semaine, nous avons vécu une tentative de féminicide et un féminicide, une femme poignardée en pleine journée ! Combien de décès encore avant que cela ne change ?", conclut Joke Vandenbempt.