En 2022, la région et la Cocom augmentent leur budget dédié de 35 % par rapport à l’an passé. Ce sont donc 1.3 million d’euros qui seront consacrés au soutien de projets d’occupations de bâtiments vides.

Pour être retenus, les projets devront concerner un public “vulnérable au regard notamment de leur situation administrative, y compris les mineurs et familles avec enfants mineurs.” Ils devront également avoir l’accord du propriétaire qui signera une convention d’occupation temporaire à titre gratuit. La région ne payera donc pas de loyer pour les occupants. Par contre, la somme de 1.3 million permettra de prendre en charge les frais d'énergie, d’assurance et si besoin, les dépenses liées aux aménagements nécessaires pour respecter les normes de sécurité.

Le gouvernement ouvrira également un “guichet des occupations temporaires” pour faciliter la mise en œuvre de ce dispositif. Les projets retenus “ bénéficieront du soutien méthodologique et technique de Citydev, de la Fédération Bruxelloise Unie pour le logement et des communes concernées.” La région compte prioriser les projets de taille “raisonnable” prévoyant maximum 100 occupants. Les bâtiments vides représentent 6 millions de m2 à Bruxelles, soit l'équivalent de la surface au sol de la commune d’Ixelles selon l’ASBL Communa.