Le projet de maison de repos du CPAS suscite des interrogations mais pas de polémique

WAVRE Après son approbation par le conseil du CPAS, le projet de la nouvelle Closière a été présenté publiquement, mardi, par Michel Vermeulen, du bureau d'architecte DDV-Arcadis-Fally.

Quelques changements sont intervenus depuis le projet initial. Les salles de kiné et d'ergo se nicheront sous les toits, pour former un niveau + 3 réduit. Le bâtiment ne sera donc pas plus haut que l'athénée, juste en face.

Autre modification : l'enduit envisagé pour les murs extérieurs est finalement remplacé par des briques dans les mêmes tons. Enfin, le nombre de chambre à deux lits a été augmenté, passant de 14 à 20, même si le total des lits est maintenu à 154.

Les habitants se sont interrogés sur la mobilité, les nuisances dues aux travaux et le parking. En plus d'un parking souterrain de 71 places, accessible par la chaussée de Bruxelles, un autre parking extérieur destiné aux visiteurs et médecins (60 places) sera accessible par l'avenue Lepage.

"Nous ferons appel à un bureau spécialisé pour réaliser une étude de stabilité avant les travaux" , a détaillé Frédéric Janssens, le président du CPAS de Wavre. "Il est encore un peu tôt pour donner les résultats de l'étude d'incidences du Champ Sainte-Anne en matière de mobilité, mais le futur s'annonce meilleur que la situation actuelle. Enfin, concernant la maison de repos, le passage de 143 à 154 lits aura un impact limité sur les visites."

La procédure suit donc son cours, avec les demandes de permis d'urbanisme à la Région wallonne. Parallèlement, les appels européens pour attribuer les sept lots de marchés et services devront être lancés. Les travaux, qui débuteront au printemps 2010, se dérouleront en deux phases d'un an.

Coût du chantier : 20 millions d'euros, subventionnés à hauteur de 50 % par la Région qui a déjà fait parvenir une promesse ferme de subsides. 9,5 millions d'euros seront à charge du CPAS.



© La Dernière Heure 2009