En prévision de l’ouverture des terrasses Horeca ce samedi, les patrons de bars et restaurants s’activent pour aménager leurs extérieurs. Dans la plupart des communes, les restaurateurs ont l’autorisation d’aménager les places de parkings devant leurs établissements. A Etterbeek, ils ont droit à deux places de parking en voirie, soit 22 m² gratuits.

"J’ai également proposé la fermeture de plusieurs morceaux de rues", explique le bourgmestre d’Etterbeek Vincent De Wolf (MR). C’est ainsi le cas de la rue Général Leman (du 119 au 145), de la chaussée Saint-Pierre (du 3 au 23) et de la rue de Pervyse (du 56 au 80). L’ensemble des places de stationnement de la place Saint-Pierre ainsi que celles du petit parking de l’avenue de Tervueren (Le Jardin de Nicolas, etc.) seront quant à elles supprimés pour y permettre l’installation de terrasses. Ces mesures sont valables jusqu’à la fin du mois de juin, voire jusqu’à la fin du mois d’août si l’évaluation est positive.

Sur le territoire de la commune d’Ixelles, particulièrement dense en établissements Horeca - 800 au total -, la vision est identique. "Nous proposons d’étendre les terrasses sur les places de parking devant les établissements et sur les côtés avec l’accord du propriétaire", précise de son côté le bourgmestre ixellois Christos Doulkeridis (Ecolo). Pour les endroits plus compliqués, nous proposons du sur-mesure. Ainsi, une terrasse sera aménagée sur le parvis de la rue de la Paix. 

© DR

Un accord a été trouvé entre le restaurant demandeur et la fabrique d’église. Mais cela n’est pas toujours possible. A Ixelles, il ne s’agit pas que l’Horeca envahisse la totalité de l’espace public. Au Cimetière d’Ixelles, les terrasses seront installées sur les places de parking. Mais, "place Fernand Coq par exemple, il y a déjà beaucoup d’activité, de monde. On ne va pas en faire une immense terrasse à ciel ouvert. Il faut laisser de la place aux autres activités : familles avec leurs enfants, marchés, sport, concerts, etc."

Face aux nuisances sonores inévitables de ce samedi soir, Christos Doulkeridis demande aux Ixellois de faire un effort de solidarité. "C’est un appel à la population. Le secteur de l’Horeca a énormément souffert durant cette crise. Il n’a pas d’autre choix que d’organiser son activité en extérieur pour l’instant. Il y aura donc du monde dans la rue, donc plus de nuisances sonores. Je fais appel à la solidarité des Ixellois pour que tout se passe dans le calme et la bienveillance."

Toujours pas d'arrêté ministériel sur le protocole terrasse.

A la Ville de Bruxelles, une attention particulière a été portée sur le quartier de l’Îlot Sacré et le quartier Saint Géry. Ces deux pôles Horeca ont été décorés, l’un avec des plantes suspendues, l’autre avec des cercles multicolores en plexiglas, eux aussi suspendus. Pas certain que cela fera venir du monde mais c’est plutôt joli. L’échevin en charge des Commerçants de la Ville de Bruxelles Fabian Maingain (Défi) a déjà délivré plus de 400 autorisations d’extension de terrasses. Il attend par ailleurs désespérément la publication de l’arrêté ministériel sur les terrasses.

© DEMOULIN BERNARD

"Ma plus grande inquiétude réside dans le fait que l’arrêté ministériel concernant le protocole terrasses n’a toujours pas été publié", explique-t-il. "Ce protocole terrasse a été négocié en quatrième vitesse entre le secteur Horeca et le Fédéral. Nous sommes à 48 heures de l’ouverture des terrasses, nous avons communiqué auprès de nos établissements et nous n’avons toujours pas l’arrêté ministériel. J’ai des retours paniqués de restaurateurs. Ils ont fait leurs commandes, ils ont pris des risques pour pouvoir ouvrir samedi. Si on durcit les mesures, cela risque d’être la catastrophe. J’espère sincèrement que l’on restera sur le protocole actuel."