La campagne vaccination des personnes sans abri, sans papiers et des migrants en Région bruxelloise à l'aide du vaccin Johson & Johnson reprend ce vendredi, ont annoncé jeudi les organisations en charge du programme de vaccination mobile Mobivax, à savoir le Samusocial, Médecins du Monde, MSF et la Croix-Rouge de Belgique.

La vaccination qui avait été suspendue à la suite de l'annonce d'un décès lié à l'administration de ce vaccin se poursuivra avec celui-ci dans la droite ligne des conclusions rendues mercredi par la conférence interministérielle Santé publique, ont précisé les quatre organisations dans un communiqué commun. La conférence interministérielle Santé publique préconise de maintenir l'utilisation de ce vaccin pour la vaccination de groupes précaires. Cette population inclut de manière générale les personnes qui ne bénéficient pas d'un accès aux centres de vaccination, tels que les personnes sans abri, migrantes et sans papiers. 

L'administration d'un vaccin mono-dose présente un avantage important et constitue l'alternative la plus efficace à ce jour pour ce public avec lequel il est difficile de maintenir une connexion stable faute de places en suffisance dans les centres d'hébergement. De l'aveu des quatre organisations humanitaires, la décision de redémarrer la campagne de vaccination intervient parce qu'il n'existe à ce jour aucune alternative au vaccin Johnson & Johnson pour protéger du virus les nombreuses personnes sans papiers. Celles-ci n'ont en effet pas la possibilité de se faire vacciner dans un centre de vaccination, dont l'accès est conditionné par la détention d'un numéro de registre national. 

Les associations ont par conséquent une nouvelle fois demandé la mise en place rapide d'un accès inconditionnel aux centres de vaccination pour l'ensemble des publics vivant sur le territoire, indépendamment de leur statut administratif, mais aussi de mettre à disposition de Mobivax d'autres vaccins que le J&J. "Aujourd'hui, nous souhaitons que les populations concernées soient considérées de manière équitable et sans différence de traitement", ont-elles conclu dans un communiqué commun.