Bruxelles

Le ministre des Affaires Étrangères Didier Reynders (MR) accuse le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (SPA) de mener des projets sans concertation.

Dans le cadre d'une rencontre avec les commerçants de la rue de Namur à Bruxelles ce mercredi, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR) s'est complètement lâché. "Je n'ai rien contre Pascal Smet mais que représente-t-il à Bruxelles ? J'entends souvent parler du nombre de voix d'Yvan Mayeur mais c'est la même chose pour Pascal Smet. C'est quelqu'un qui a sa conception des choses et qui avance seul avec un gouvernement qui le laisse faire. Le MR représente un électeur sur cinq. J'ai fait le score le plus élevé à Bruxelles. Mais nous n'avons pas un seul représentant au sein de la Stib, par exemple. Nous sommes la seule région où l'opposition n'a pas un seul représentant au sein de la société de transports publics. C'est quand même invraisemblable!", a-t-il notamment déclaré.

Fraîchement réélu président de la fédération bruxelloise du MR, Didier Reynders a cité une série de dossiers dans lesquels il estime que la Région agit sans concertation. "Nous décidons d'investir 50 millions dans la mobilité avec Beliris et puis on apprend que la Région veut enlever une bande sur l'avenue Franklin Roosevelt, sans avoir concerté la Ville de Bruxelles. On dirait qu'ils jouent à un jeu consistant à rajouter des obstacles dans la circulation. Pour les tunnels, c'était déjà pareil puisque le ministre en charge avait parlé d'en fermer certains... "

Autre dossier qui fâche le libéral qui est également en charge de Beliris, l'enveloppe permettant de soutenir des projets pour Bruxelles en tant que capitale: le projet de réaménagement de la place Schuman, amenée à devenir en partie piétonne afin de conférer une allure plus conviviale au coeur de l'Europe. "Il n'y a aucune concertation avec les institutions européennes, les riverains et la Ville de Bruxelles. On appelle ça le quartier européen mais on s'en fiche de l'avis des Européens. Beliris pourrait ne pas financer ce projet... ", a-t-il averti.

Selon le projet proposé actuellement par la Région, il ne sera sera plus possible de faire tout le tour du rond-point. En venant de la rue Froissart, il sera uniquement possible d'emprunter la chaussée d'Auderghem. En coupant ainsi l'axe nord-sud, les libéraux craignent un report de circulation dans les quartiers alentours. Des comptages font état d'un report de la circulation dans la chaussée d'Etterbeek et jusqu'à la place Jamblinne de Meux, à Schaerbeek.

Enfin, Didier Reynders est revenu sur la saga du rond-point Louise. "La Région va supprimer les aménagements à la demande de la Ville mais ce qui est inquiétant c'est qu'elle parle d'une évaluation dans six mois !"

En convalescence jusqu'au 1er janvier après une grave pneumonie, le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (SPA) a récemment fait l'objet de critiques de plusieurs de ses opposants politiques. Du côté de son cabinet, on rappelle simplement que le permis d'urbanisme pour le réaménagement de Franklin Roosevelt prévoit deux bandes de circulation pour les voitures et que la Ville de Bruxelles a bel et bien été concertée puisqu'une enquête publique a déjà eu lieu.

Le délai pour déposer un recours étant dépassé, la Ville de Bruxelles s'est joint récemment à un recours introduit par les riverains de l'avenue Franklin Roosevelt.