Complètement urbanisée depuis les années 1930, la commune de Saint-Gilles peine à développer des logements sociaux à prix abordables. Depuis le début de la législature, les autorités locales ont entamé des discussions avec le Foyer du Sud, la société de logements sociaux active sur le territoire, afin de trouver des solutions innovantes permettant de créer du logement.

La commune et le Foyer du Sud ont ainsi proposé que le Foyer rachète à la commune des logements de la Régie foncière. Celle-ci possède à ce jour plus de mille logements qu’elle loue, selon la grille des loyers AIS, aux ménages à faibles et moyens revenus. De cette manière, le parc de logements sociaux à Saint-Gilles est augmenté et, de son côté, la Régie foncière peut réinvestir l’argent obtenu des ventes dans la création de nouveaux logements. Cette proposition a été acceptée par la secrétaire d’Etat au Logement Nawal Ben Hamou (PS), et confirmée par la SLRB.

Au total, ce projet prévoit le transfert de 200 logements entre 2021 et 2024, soit une augmentation de 20% de son parc locatif. Le transfert de ces logements fait l’objet d’une convention entre le Foyer du Sud et la Régie foncière, présentée au prochain conseil communal et au conseil d'administration du Foyer du Sud. En parallèle, la Régie a déjà réalisé un travail de prospection en vue de l’acquisition de nouveaux immeubles afin de les rénover et d’augmenter son offre de logements à finalité sociale. Globalement, ce projet permet d’accroître l’offre de logements publics, soit des logements de qualité à des prix abordables pour les ménages aux revenus les plus faibles.

"Ce qui est très important est que ce transfert ne se fera pas au détriment des locataires actuels. C’est un engagement que nous avions pris dans l’accord de majorité, assure l’échevine en charge du Logement, Cathy Marcus. Les locataires ont été prévenus par courrier individuel et nous les avons conviés à une séance d’information afin de répondre à toutes leurs questions."

Pour Catherine François et Ailtia Angeli, présidente et vice-présidente du Foyer du Sud, "la concrétisation de ce projet est très importante. Elle démontre qu’en associant leurs forces, les pouvoirs publics sont plus forts".